Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Première complainte (Notre mère la guerre - Tome 1)

 
  Maël & Kris
Edition : Futuropolis 2009, 62 pages ISBN : 978-2-7548-0165-2 16
 

Nous sommes en 1935, dans un village tranquille du Tarn-et-Garonne. Roland Vialatte semble vivre ses derniers instants, aux côtés du prêtre venu lui faire l'extrême onction. Et là, tranquillement, il lui raconte son histoire, lorsqu'il était lieutenant de gendarmerie, en pleine « Der des Ders » : nous voilà transportés dans l'enfer des tranchées et de la Première Guerre Mondiale. Enfin, pas tout à fait dans l'immédiat, puisque dans un premier temps, Roland Vialatte est simplement là pour enquêter sur la mort d'une femme, serveuse dans un bar, qui a été retrouvée assassinée près du front, avec une lettre rédigée par son bourreau dans la poche...

Vialatte est connu pour la résolution de ce genre d'affaires, depuis l'arrestation en 1913 du tueur des vendanges. Dans l'affaire présente, un coupable tout trouvé en la personne d'un soldat appelé Albert Choffard a été exécuté quasiment sans sommations. Cela n'a apparemment pas servi à grand-chose, puisque bientôt, deux autres dames sont retrouvées mortes près de la ligne de front. Alors, Vialatte, en bon enquêteur, veut absolument faire la route depuis Méricourd, le village des trois victimes, jusque la ligne de front.

Ainsi, le gendarme, pas forcément toujours bien vu par les soldats, va démarrer une enquête qui va le mener à des visions inoubliables, cauchemardesques. Il va devoir affronter le froid, la haine des hommes, la boue crayeuse. On fait dailleurs de drôles de rencontres dans les tranchées, y compris des gars qui sont originaires du même patelin que vous, et qui voient d'un mauvais oeil, forcément, qu'on soupçonne des frères d'armes.

Kris est l'auteur de séries qui m'avaient particulièrement marqué (Un homme est mort, Coupures irlandaises, deux livres sortis chez Futuropolis) à l'époque de leur sortie. Je dois dire la même chose avec le récent L'encre du passé sorti chez Dupuis Aire Libre et dessiné par Maël. La rencontre de Maël le dessinateur et de Kris le scénariste ne pouvait ainsi que me rendre impatient quand à ce premier tome, qui n'est pas sans rappeler Mattéo (dessiné par Gibrat), qui sera également une série qui nous plonge dans la Première guerre mondiale. Une telle attente a un revers de médaille qui s'appelle lexigence, fatalement...

Gommons de suite le suspense : ce premier tome est une pure merveille qui parvient à réunir les immenses qualités des deux auteurs. La première guerre mondiale sert ici non pas de moteur à l'histoire, mais de trame de fond à une enquête qui n'a à priori rien à voir avec le conflit. Les couleurs de Maël sont superbes, comme dans son dernier livre, et collent parfaitement au récit plein de poésie de Kris. Les dialogues entre le gendarme et les soldats sonnent parfaitement juste, et parviennent à rapidement cerner tel ou tel personnage, même secondaire.

Un livre à mettre entre toutes les mains, qui constitue une histoire magnifique, et un trésor pour la mémoire collective. Une grande réussite qui ne pourra que faire regretter l'attente pour lire la suite !

Ecrite par Clark, le 13 Octobre 2009 à 17:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb