Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Personne n'est à l'abri d'une mauvaise rencontre... (Garrigue - Tome 1)

 
  Corbeyran & Berlion
Edition : Dargaud 2008, 48 pages ISBN : 978-2-205-06111-6 13
 

Quelque part dans le midi de la France, été 99. Un  homme vient de tomber en panne d'essence et se dirige péniblement jusqu'à la station la plus proche. Là, il y rencontre un homme qui le fait frémir de terreur... Une course poursuite a lieu, et se termine par une fusillade : il ne fait vraiment pas bon tomber en rade dans ce coin de l'Hérault... Le tueur, une fois son crime accompli, joint un dénommé Rémi.

2008 à présent. Rémi vient de mourir pendant son footing, une petite séance de sport qu'il s'octroyait pour balayer les excès accumulés durant sa vie. Ses potes Frantz (tiens, le tueur de 99 !), Dédé et Martial sont tous là, et sont accablés par la mort de leur ami. Il faut dire que de nombreuses réunions entre potes avaient lieu dans la cave du défunt, où des petits arrangements avaient lieu sur le dos de certains pigeons friqués. Arrangements auxquels participait même Martial, pourtant gendarme de son état...

Ce dernier finit d'ailleurs par trouver, cachés dans la cave de Rémi, des papiers au nom de Jean-François Redon. Pourquoi ces derniers étaient-ils cachés chez Rémi ? Que lui ont caché ses amis, durant tant d'années, autour des petits arrangements qui lui ont permis de faire bâtir une superbe villa ? L'enquête démarre en commençant par un marchand d'armes, car une facture d'un fusil neuf fait partie des papiers de ce Jean-François Redon...

Après les one-shots Lie-de-Vin et Rosangella, on retrouve cette fois le duo Corbeyran / Berlion dans un diptyque. Et celui-ci s'annonce d'une qualité comparable aux deux séries précédemment citées ! On ne présente évidemment plus Eric Corbeyran, qui nous a d'ailleurs fait le plaisir de nous parler de Garrigue lors d'une interview accordée il y a quelques mois... Le scénariste de Le chant des Stryges et autres Imago Mundi laisse ici une nouvelle fois ses monstres de côté pour nous livrer un récit beaucoup plus intimiste, presque de la vie de tous les jours.

Et Berlion n'a pas son pareil pour la dessiner, justement, la vie de tous les jours. On a une justesse dans ces détails qui font vrai, un travail impressionnant dans les expressions et dans le regard froid de Martial, qui devient enquêteur malgré lui... Pas de doute : cela sonne vrai, et le lecteur ne s'y trompe pas.

Inutile de préciser que de nombreux points restent encore sans réponse, laissant ainsi un intérêt certain pour le tome suivant. Notamment sur la nature exacte de tous ces petits arrangements entre amis. Qu'est-ce qui a pu dégénérer comme cela ? Je suis bien impatient de le savoir.

Ecrite par Clark, le 10 Juin 2008 à 10:06 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb