Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Otomen (Tome 4)

 
  Kanno, Aya
Edition : Delcourt, Collection : Sakura 2009, 180 pages ISBN : 978-2-7560-1510-1 5,95
 

Quand Tachibana voit Asuka coudre un mignon ours en peluche, il ne peux que penser qu'il s'agit là d'un cadeau d'anniversaire pour Ryô Miyakozuka. D'ailleurs, ils ont même prévu un rendez-vous à deux le samedi, lendemain de l'anniversaire. Mais en réalité pas du tout. Asuka voudrait faire un bon gâteau qui reflèterait la personnalité de sa petite amie : joyeuse, douce et honnête. Mais devant la devanture de la pâtisserie, où Asuka s'inspire, il a la forte surprise de voir à côté de lui le père de Ryô ! Comment un homme aussi viril peut-il bien être devant une boutique faite pour les femmes (en effet, au Japon les hommes ne sont pas sensés aimer les sucreries - les pauvres) ? Coup de théâtre, voilà que cet homme demande à Asuka de lui apprendre tout ce qu'il sait sur les femmes !

La suite est tordante de rire, bien entendu. Asuka entraîne son beau-père si je puis m'exprimer ainsi, dans toutes les boutiques qu'affectionnent les femmes. En quelques sortes, si Asuka ose entrer dans les boutiques dont lui-même rêve depuis des années, c'est pour sauver le monde ! Alors allons-y gaiement : boutique de peluches, de décoration, restaurant spécialisé pour les femmes servant des plats de princesses... Asuka en prend plein la vue, quand au père Miyanosuka, lui, c'est trop pour son coeur !

Mais ce quatrième tome est aussi pour nous l'occasion de découvrir un nouveau personnage un peu otomen sur les bords. Il se rajoute ainsi à la courte liste dressée par le mangaka de Love Tic, c'est à dire Asuka, Tomomine et maintenant Kitora Kurokawa. La fin du volume traite d'une paillote de plage que les concurrents mettent à mal. Le neveu du propriétaire, le jeune Ariake, demande à son maître en virilité (Asuka, si si...) et à ses amis de venir l'aider à remonter sa réputation. Mais il y a fort à faire, c'est une vraie ruine !

Otomen c'est de l'or en barre. D'ailleurs, on en pleure même de rire parfois, tant les situations décrites par Aya Kanno sont soit tarbiscotées, soit complètement caricaturales et d'une densité comique hors norme. Bref, courez vite vous procurer les tomes d'Otomen, vous ne pourrez pas être déçus !

Ecrite par Garion, le 30 Avril 2009 à 16:04 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb