Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières (solidaires08)
EHPAD : À quand des mesures concrètes ? (solidaires08)
Solidarité avec Geneviève Legay et l’association ATTAC pour la liberté de manifester (solidaires08)
Retraite, on nous prend pour des ânes (solidaires08)
Plus de 10 milliards d’euros d’aides sociales non attribuées en 2018 ! Vous avez dit « Pognon de dingues » ? (solidaires08)



 

Onze racines (Les forêts d'Opale - Tome 5)

 
  Arleston & Pellet
Edition : Soleil 2007, 48 pages ISBN : 978-2-84946-644-5 12,90
 

Darko, Urfold, Sleilo et Tara continue leur fuite dans les ombres des arbres des forêts Mardoze. Seulement, ils vont rapidement découvrir certaines des créatures qui hantent les lieux, comme les maluzes, mélange de crabe pour la carapace et de pieuvres pour les tentacules. Mais ils ne peuvent perdre trop de temps à admirer les bizerreries qu'ils croisent. Les hommes de la Lumière sont toujours sur leurs traces. Et leur voyage jusqu'à Onze Racines n'est pas terminé.

De son côté, Xarchias rassemble ses troupes afin d'éliminer celui qui risque de causer sa perte.

Pourquoi un si petit résumé pour un tome entier ? Tout simplement parce que ce tome 5 est une sorte d'interlude, une manière pour chaque partie de faire le point et de repartir sur de bonnes bases avant la prochaine confrontation. Escroquerie me direz-vous. Je ne suis pas d'accord. On le sait, l'histoire de Les forêts d'Opale propose une histoire d'heroic fantasy d'un grand classicisme, malgré sa grande maîtrise. Il est donc normal de prendre le temps d'admirer ce qui fait sa spécificité : le monde. Parce qu'il est riche et parce que le lecteur a encore beaucoup à découvrir. En tous cas, personnellement, j'ai profité de ce tome comme les autres. Le seul regret que j'aurai c'est que Ghörg n'apparaît nulle part. dommage, je l'aime bien.

En tous cas, c'est toujours du grand uvre. Un travail de maître de Pellet et Arleston. Et on ne se lamente alors plus de devoir attendre deux ans entre chaque tome.

Ecrite par WongLi, le 06 Juillet 2007 à 07:07 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb