Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Monkey Brain (Husk - Tome 1)

 
  L'Homme & Boudoiron
Edition : Soleil, Collection : Mondes Futurs 2007, 48 pages ISBN : 978-2-84946-566-0 12,90
 

La société Arnold fabrique des Husik. Les Husk sont des machines d'une nouvelle génération, presque organique, pourrait-on dire, de par les similitudes qu'on peut trouver dans ses composants ou dans la manière qu'ils sont de paraître. Aujourd'hui, nous en sommes au Husk modèle M5. Plus robuste, plus fiable, plus précis que ses prédécesseurs, il n'en reste pas moins une machine d'une grande complexité pour laquelle il faut un entraînement poussé afin de la conduire. Sarah est une pilote de Husk. Elle travaille à la BRMI, une unité spécialisée de la police.

Mais Sarah est aussi devenue dépendante de son Husk. Quand elle est en dehors de lui, elle se sent nue, impuissante, vulnérable, alors que quand elle se fond dans le corps de son double, elle éprouve un bien être sans borne. Aujourd'hui, elle doit arrêter un Husk qui semble échapper à tout contrôle. Seulement, sûre de sa puissance, elle en oublie qu'en face d'elle une autre machine est présente, peut-être plus forte qu'elle.

Surtout que ce Husk a été piraté.

Je connais Frédéric L'Homme pour sa série Marie des loups que j'avais adorée. C'est donc avec un réel plaisir que je me suis plongé dans la lecture du premier tome de Husk. Seulement, attention, il faut prendre son temps et avoir tous ses neurones bien en place pour aborder le sujet. Parce qu'il y a une intrigue complexe alliée à des explications extrêmement nombreuses. Donc, il faut prendre son mal en patience et savourer le moment lentement, avec délectation.

Surtout que côté dessin, ce n'est pas que c'est beau, c'est qu'on se prend une baffe monumentale. Le dessin est précis, minutieux, colorisé avec délicatesse et précision. Bref, c'est du travail d'orfèvre. Pas une case, pas un bout de case qui laisse la moindre broutille s'échapper.

Même si le scénario peut sembler aride, voire difficile, il serait vraiment dommage de passer à côté d'une telle merveille.

Ecrite par WongLi, le 29 Mai 2007 à 18:05 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb