Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Masquarade (Les annales du Disque Monde - Tome 18)

 
  Pratchett, Terry
Edition : Pocket, Collection : Fantasy 2005, 377 pages ISBN : 2-2661-4804-4 7
 

Agnès Crettine décide de fuir le pays de Lancre et de rejoindre Ankh-Morpork pour deux raisons : la première est qu'elle rêve de chanter à l'opéra, et la seconde est qu'elle ne veut absolument pas devenir une sorcière. Pour elle, il n'en est pas question ! Même si Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg sont persuadées du contraire et qu'elle a toutes les prédispositions requises pour l'emploi, Agnès refuse de voir qu'elle est faite pour ça. Elle prend donc un nom de scène Perdita X. Lerêve et va passer une audition à l'opéra.

Pendant ce temps, Mémé découvre que Nounou a écrit un livre contenant des recettes de cuisine parfois un peu... spéciales. Elle découvre aussi que Nounou s'est fait rouler par son "éditeur" et elles décident donc d'un petit voyage à Ankh-Morpork pour régulariser la situation, et, par la même occasion, de tenter de convaincre Agnès de rentrer au pays.

Le voyage ne sera pas de tout repos (surtout pour les autre passagers) et quand elles arrivent à Ankh-Morpork, c'est pour découvrir que le l'opéra est en proie à la fois à un mystérieux fantôme et à une étrange vague de meurtres. Les sorcières décident donc de tirer l'affaire au clair.

On retrouve avec bonheur Mémé et Nounou, accompagnée de son Gredin de chat. Agnès Crettine, déjà croisée dans Nobliaux et Sorcière occupe un rôle assez important, tout comme Gredin devenu indispensable pour les plans parfois tordus (mais efficaces !) de Mémé.

Comme toujours les différentes histoires s'entremêlent joyeusement, l'humour est toujours omniprésent, et Pratchett nous livre sa vision de l'opéra : un grand capharnaüm, qui a pour seul mot d'ordre : quoiqu'il puisse arriver "Le spectacle doit continuer !"

On notera aussi une satyre de la musique moderne, avec le personnage de Christine, au physique engageant, mais à la voix complétement dénuée de charme et d'intérêt, en bref tout le contraire d'Agnès qui est l'archétype même de la chanteuse d'opéra telle qu'on la voit dans l'imagerie populaire : grande, plantureuse, avec une voix à faire trembler les murs et briser les verres en cristal.

Pour finir, je dirais que c'est l'un des meilleurs tomes de la série parue en poche pour le moment. Mais peut être ne suis je pas tout à fait objective, vu que je suis une grande fan de Mémé et de ses "aventures".

Ecrite par Toonnette, le 03 Octobre 2005 à 15:10 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique



les sorcières font leur show
Ecrit par Cpatrick le 04 Octobre 2005

Cest avec grand plaisir quon se plonge dans ces nouvelles aventures des habitants du Disque-Monde. Après le théâtre et la musique, les arts sont à nouveaux à lhonneur avec lopéra comme vedette invisible et thème principale de lhistoire. Mais si dans un premier temps on jubile en suivant les aventures de la nouvelle venue, Agnès Crettine, alias Perdita X prononcez Perditax et ny voyez rien de sexuel lhistoire prend ensuite pour acteur le couple comique des vieilles sorcières. On peut le regretter, dautant plus que cela napporte rien de neuf par rapport à leurs anciennes apparitions. Le ton reste enjoué, lhistoire dynamique, même si on note une certaine pause avant le grand finale. La qualité est toujours présente, mais comme dans ses précédents ouvrages lauteur névite pas les mêmes travers: certaines comparaisons reviennent plusieurs fois dans le livre comme sil ne sétait pas relu et les lecteurs avertis remarqueront même des similitudes avec ses autres tomes du disque-monde. Mais tout cela nest que broutille au regard du joyeux désordre, du regard caustique et délicieusement irrévérencieux auquel nous invitent les sorcières de Pratchett.        

Répondre à ce commentaire




© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb