Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Mama Black Widow

 
  Slim, Iceberg
Edition : Points, Collection : Roman Noir 2010, 344 pages ISBN : 978-2-7578-2020-9 7
 

Chicago, années 50. Otis Tilson a une dizaine d'années. Sa famille vient de quitter le Mississippi pour tenter de trouver une vie meilleure à Chicago. Le père d'Otis n'est pas franchement emballé par cette perspective, au contraire de sa femme, persuadée d'arriver dans cette ville à se forger une nouvelle vie...

Ce sont pourtant des cauchemars à répétition qui vont s'abattre sur la famille Tilson, et leur mère, surnommée à raison "mama black widow" - soit "maman veuve noire" - par Otis, en est en grande partie responsable. Fascinée par l'argent, prête à tout pour en gagner, elle n'hésite pas à piétiner ses idéaux et à réduire peu à peu sa famille en miettes pour atteindre son utopique idéal : devenir riche et écraser les blancs, qu'elle hait, de sa supériorité.

Difficile de chroniquer un tel livre. Iceberg Slim - célèbre proxénète de Chicago dans les années 50 - y raconte la vie terrible d'Otis Tilson, un travesti qui a accumulé les galères durant sa courte existence. L'histoire est d'une tristesse incommensurable. Racisme, pauvreté, prostitution, abus sexuels, tortures mentales, perte de ses proches, voilà le quotidien du personnage principal. Ce récit pourrait n'être que sordide, mais sa construction et la beauté de son écriture lui donne la saveur amère des grandes tragédies, et surtout des grandes oeuvres. L'âpreté du style convient à merveille au récit, restituant toute la douleur et la cruauté qui ont ponctué l'existence d'Otis. Iceberg Slim a fait de lui un personnage à la puissance incroyable, qui vient se graver définitivement dans l'esprit du lecteur.

Un roman désespéré, déchirant, mais inoubliable, qui a le goût du sang, de la sueur et des larmes. Je ne regrette pas de l'avoir ouvert, mais il va me falloir un peu de temps pour me remettre de la puissance dévastatrice de l'écriture d'Iceberg Slim.

Ecrite par Naolou, le 10 Janvier 2011 à 13:01 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb