Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Malefic

 
  Royo, Luis
Edition : Milady, Collection : Graphics 2010, 96 pages ISBN : 978-2811202392 20
 

Est-il aujourd'hui encore nécessaire de présenter Luis Royo ? Dessinateur de grand talent, il est un des maîtres de l'illustration espagnole, et même mondiale. Les connaisseurs des mondes de l'imaginaire le connaissent bien, de part les lectures qu'ils ont pu entreprendre. Certaines maisons d'édition utilisent ou utilisaient ses images pour leurs couvertures (je pense notamment à la collection fantasy de Nestiveqnen) mais les joueurs de jeux de rôle aussi n'ont pu que contempler maintes fois son travail, même s'ils ne savaient pas forcément que c'était Royo qui se trouvait derrière. Il faut dire que son travail ne peut qu'interpeller un amateur des mondes de l'imaginaire.

Que ce soit dans le domaine de la fantasy, du fantastique, de la science fiction ou bien d'autres encore, Luis Royo a toujours su attirer le regard. Déjà par ses dessins de femmes, toujours sublimes, souvent dévêtues. Mais, en regardant plus loin, on s'aperçoit que le détail principal n'est pas le seul à être parfait dans le graphisme. Royo est un illustrateur complet qui a su définir un univers propre et riche. Dans Malefic, on retrouve tout cet univers, mais avec une dimension légèrement malsaine, décalée et dérangeante.

On retrouve bien entendu ses femmes qui ont fait son succès. Mais, quand on regarde de plus près, derrière cette perfection de la plastique se cache souvent un être lisse, presque inhumain, parce que presque insensible à ce qui se passe autour de lui. Les femmes de Royo sont plus qu'attirantes, mais ne sont-elles pas le véritable danger de ses oeuvres ? Parce qu'autour d'elles se déploient des abominations, mais qui semblent plus vivantes que les femmes qui restent de marbre.

Personnellement, j'avoue ne pas trop accrocher aux illustrations de science fiction ou celles dont un homme est le personnage central. Je n'aurais pas la prétention de dire que les dessins sont mauvais, mais ils ne me touchent pas. Par contre, les autres sont tout simplement fabuleux. De plus, on a le droit à des dessins plus sommaires, un peu typés bande dessinée, qui agrémentent l'ouvrage et permettent de voir une autre facette de cet auteur subjuguant.

Malefic, dans cette version revisitée, est une oeuvre absolument sublime. Je passe sur les textes plus ou moins explicatifs pour lesquels il vaut mieux être dans le même trip que l'auteur, mais le reste constitue tout simplement une oeuvre à posséder sans concession si on aime pénétrer dans les domaines de l'imaginaire, aussi obscurs peuvent-ils être.

Ecrite par WongLi, le 24 Avril 2010 à 07:04 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb