Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Solidarité avec Geneviève Legay et l’association ATTAC pour la liberté de manifester (solidaires08)
Retraite, on nous prend pour des ânes (solidaires08)
Plus de 10 milliards d’euros d’aides sociales non attribuées en 2018 ! Vous avez dit « Pognon de dingues » ? (solidaires08)
Après un week-end de mobilisations, le gouvernement s’entête (solidaires08)
Comment le gouvernement entend piloter le régime de retraites… contre les retraité-es (solidaires08)



 

Lights, camera, revolution

 
  Bousquet, Charlotte
Edition : Asmodée, Collection : COPS 2003, 222 pages ISBN : 2-914849-02-8 2
 

Domingo était un cops comme les autres, faisant son travail avec zèle et conviction. Pourtant, lors d'une vulgaire altercation, il perdit sa coéquipière, et amie. La vie ne fut alors plus la même pour lui. Il passait le plus clair de son temps à mener ses enquêtes depuis un bar où tout le monde savait ce qui lui était arrivé.

Mais un nouveau maniaque sévit dans la ville. Les journalistes l'ont déjà surnommé le Dressmaker. Et malgré ses protestations, Domingo s'est vu refilé cette affaire que tout le monde désire voir résolue au plus vite. Cependant, le Dressmaker ne semble pas être un tueur comme les autres et Domingo va avoir du mal à appréhender qui il peut être et quels sont les mobiles qui le dirigent.

C'est alors qu'il va se voir attribuer un nouveau partenaire, ancien membre du FBI, spécialiste des criminels particuliers. Il a été surnommé The Brain, parce qu'il avait réussi à résoudre en un temps record des affaires épineuses alors qu'il sortait tout juste de l'école de police. Mais The Brain cache beaucoup de choses qui vont perturber grandement Domingo.

Quel avenir pour ce cops qui ne demande qu'à vivre sa vie sans rien demander à personne ?

Lights, camera, revolution est le premier roman (le dernier ?) de la gamme COPS. L'histoire en elle-même pourrait aussi bien se passer dans n'importe quel univers. Toutefois, de petites allusions et les textes additionnels de Benoît Attinost arrivent à nous plonger dans cet univers sordide et glauque qu'est lunivers de COPS.

Et pour 2 Euros seulement, il serait vraiment dommage de s'en priver. A découvrir si on veut vivre quelques instants dans la peau d'un cops.

Ecrite par WongLi, le 14 Septembre 2003 à 10:09 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb