Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Lettres aux ténèbres

 
  Bousquet, Charlotte
Edition : Le Calepin Jaune, Collection : Passe-velours 2008, 238 pages ISBN : 978-2-9528966-7-2 20
 

Il est difficile pour moi de parler de Lettres aux ténèbres. Non pas que cette oeuvre soit mauvaise, loin s'en faut, mais elle a une saveur particulière assez difficile à expliquer. Cela fait quelques années que j'avais eu la chance de découvrir cette histoire, lorsque je faisais partie du comité de lecture d'une petite maison d'édition et, déjà, ce récit m'avait fasciné. Pour des raisons de non-correspondance avec la ligne éditoriale de l'époque, j'avais été obligé, avec beaucoup de regrets, de refuser cette histoire, non sans en préciser les raisons à Charlotte. Mais je croyais énormément en cette histoire de vampire telle qu'il n'en existe pas.

Parce que Charlotte n'a pas seulement écrit une nouvelle histoire sur ces êtres immortels qui se nourrissent de l'ichor de nous autres mortels, elle est allée beaucoup plus loin. Certes, on le sait, principalement depuis la série d'Anne Rice, que les vampires peuvent aussi posséder un semblant d'âme et que leur statut n'est pas seulement une malédiction pour nous autres qui sommes leurs proies. Mais Charlotte nous fait voir, à travers ce conte fantastique et épistolaire, une véritable romance qui se construit dans la douleur d'un passé auquel on ne peut échapper qu'en admettant que l'on n'est pas forcément seul et que le salut peut encore venir se poser sur nos épaules.

Pour moi, Lettres aux ténèbres n'est pas un livre que l'on dévore mais plutôt une histoire que l'on savoure. Lentement. En goûtant chaque saveur, chaque mot, puissamment dosé. Et c'est aussi une nouvelle preuve du grand talent de Charlotte et de son amour de la langue française, qu'elle manie avec beaucoup d'aisance et de savoir.

Pour compléter cette histoire vampirique, vous pourrez lire aussi deux nouvelles ainsi qu'une novella, Ballade du temps retrouvé, où François Villon revient en Paris pour essayer d'y retrouver une parcelle de son passé. Mais c'est bien plus que cela qu'il va rencontrer.

En tous cas, j'espère que vous serez nombreux à découvrir cette uvre sensible et que vous vous y noierez comme j'ai pu le faire.

Ecrite par WongLi, le 19 Juin 2008 à 15:06 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb