Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Les neufs Reines (Le Roi d'Ys - Tome 2)

 
  Anderson, Poul & Anderson, Karen
Edition : Calmann-Lévy 2007, 320 pages ISBN : 978-2-7021-3738-3 21,50
 

Gratillonius a bien assis son pouvoir au sein d'Ys. La ville connaît une période de paix et de grande prospérité qui fait delle un havre de bonheur pour ses habitants et un lieu dadmiration pour les étrangers qui la visitent. Aimé et reconnu par tous, le souverain voit ses efforts couronnés de succès et fait pour ainsi dire l'unanimité.

De son côté, le général romain Maxime est parvenu à s'imposer en vainquant le coempereur Gratien, avant de prendre sa place. L'Empire romain d'Occident est donc divisé entre le Nord et le Sud, entre Maxime et l'empereur Valentinien, tandis que Théodose qui règne en Orient suit le conflit avec attention. Une véritable guerre civile menace, mais les combats se font loin de la cité armoricaine et celle-ci espère ne pas être touchée.

Tout n'est pourtant pas si rose en Ys, mais les problèmes reposent sur un autre plan, celui de la religion. Le culte du dieu Mithra auquel adhère Gratillonius se meurt. Le nombre de croyants se fait de moins en moins nombreux, et ainsi en va-t-il également du nombre de hauts dignitaires religieux qui pourraient transmettre la croyance. Le Christianisme, devenu religion d'Etat depuis plusieurs années, se répand à une vitesse folle à travers toute l'Europe et tente de soumettre et faire disparaître les croyances concurrentes. Beaucoup en Ys commencent à craindre qu'il ne menace leurs propres dieux. Gratillonius lui-même, partagé entre sa propre religion et sa position de préfet de Rome, refuse de se soumettre à Lir, Belisama et Taranis et les brave à de nombreuses reprises, malgré les protestations de ses neuf épouses.

Mais ceux-ci n'ont pas dit leur dernier mot, et Dahut, la jeune fille de la défunte Dahilis, ancienne Reine et préférée du Roi, grandit et semble être par leur volonté vouée à un bien extraordinaire destin.

Dahut. Ce deuxième tome aurait pu porter ce nom tant la jeune fille tient une place importante dans le récit. De ses premières années à son adolescence, le récit narre en grande partie son évolution.

Même si l'univers était posé dans le précédent tome, on continue de le découvrir avec plaisir à mesure que l'on prend connaissance de nouvelles anecdotes historiques et autres événements de cette période. Le sentiment ressenti la première fois survient à nouveau : comment croire à une fiction alors que tant de faits sont réels ? Du grand art. Rien à redire dailleurs, cette suite se place en droite ligne du tome précédent et montre tout autant de qualités. Le récit est intense, poignant, des moments sentimentalement forts succèdent aux nombreuses surprises et rebondissements. La science du récit du couple Anderson est époustouflante. On est pour ainsi dire scotché du début à la fin sans jamais émettre un soupçon de lassitude ou de déception. L'utilisation de nombreux points de vue et l'étalement à travers les années (le livre en recouvre plus d'une dizaine) ravivent toujours l'intérêt du lecteur et sa curiosité.

Au niveau des remarques, on notera tout de même que le nombre important de personnages et de noms différents rendent la vue d'ensemble difficile, surtout si on lit ce deuxième tome longtemps après le premier. L'index en fin d'ouvrage permet de s'y retrouver mais certains passages, notamment ceux traitant des tribus d'Eriu (l'ancienne Irlande), sont vraiment difficiles à suivre à cause de la complexité des noms et des relations entre les différents personnages.

Ecrite par Ceridan, le 18 Mars 2007 à 11:03 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb