Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Les mots de la nuit (Borderline - Tome 1)

 
  Robin & Berr
Edition : Bamboo 2008, 48 pages ISBN : 978-2-350-78313-0 12,90
 

Fernando Villa adore être réveillé par une voix féminine. Par contre, il préfère que ce ne soit pas celle de sa banquière qui l'appelle une nouvelle fois à cause des inquiétudes qu'elle a à propos de son compte en banque. Parce que Fernando est écrivain. Le problème c'est que depuis qu'il a écrit son premier roman il y a deux ans, il n'a rien de fait de particulièrement brillant. Et les idées qu'il trouve bonnes un jour n'ont plus grâce à ses yeux le lendemain quand il se penche à nouveau dessus. Alors, pour oublier la misère dans laquelle il vit, Fernando fait la fête avec ses amis. Ils sont une belle brochette de branleurs, mais ils le font bien, au moins.

Fernando a aussi un autre exutoire. Il rencontre parfois Wanda, une prostituée avec qui il n'a jamais couché mais qu'il paye pour qu'elle entende ce qu'il a sur le coeur. Même si elle préfèrerait que Fernando ne la paye pas - elle a un petit faible pour lui - Wanda sait aussi que cela fait partie de la thérapie que Fernando s'applique. Aussi, elle n'insiste pas.

Un jour, Fernando va aller chez Marco, un de ses amis qui rentre tout juste du Chili. En guise de bienvenue, il va leur faire fumer une nouvelle substance qu'il a ramenée de son voyage. Et elle a un effet terrifiant sur Fernando. Il se réveille le lendemain sans aucune idée de ce qu'il s'est passé pendant la nuit. Sauf qu'il semble que sa transe fut profitable. Des pages et des pages manuscrites jonchent le sol de son appartement. Son subconscient semble avoir trouvé une idée pour son prochain roman, et ce qu'il écrit est foutrement bon.

Les éditions Bamboo ont fait beaucoup pour que la sortie de Borderline se remarque. Et ils ont bien raison ! Cette nouvelle série, dont chaque tome sera un one shot, est une pure merveille. Au début, au vu du synopsis, on se dit qu'on va tomber sur un énième clone de La part des ténèbres de Stephen King. Et puis, non, au final. Le traitement est complètement différent. On s'attend à beaucoup de fantastique, on n'en a pour l'instant pas une once. Peut-être qu'il y a quelque chose de caché derrière toute cette histoire - comment pourrait-il en être autrement ? - mais les auteurs ne donnent pas encore d'explications.

En tous cas, cette intrigue, un bon thriller, ne nous laisse pas beaucoup de répit. Une fois qu'on a commencé la lecture, impossible de lâche la BD pour faire autre chose. Il nous faut savoir, connaître les explications. Le dessin de Nathalie Berr n'y est pas complètement étranger. Avec un personnage qui a les traits de Jean Reno, elle a su tout de suite capter l'attention du lecteur. Et ce sont de petites phrases de Alexis Robin qui permettent aux lecteurs de rentrer sans difficulté dans ce drame. Des phrases du réel, des phrases que l'on se dit nous-mêmes par moment.

Bref, c'est une belle réussite que nous offre les éditions Bamboo. Une série qu'on ne peut laisser passer. Une histoire qu'il faut absolument dévorer.

Ecrite par WongLi, le 17 Février 2008 à 15:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb