Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Les maîtres de l'évasion

 
  Vaughan, Alexander & Rolston
Edition : Delcourt 2008, 158 pages ISBN : 978-2-7560-1090-8 14,95
 

Alors que ses parents viennent de mourir tragiquement, le jeune enfant juif Maxwell Roth hérite d'une fortune grâce à une assurance souscrite par ses géniteurs, ainsi que d'une clé ouvrant une petite porte dans la cave de la maison familiale. Là, le gamin est tout surpris de se trouver nez à nez avec une impressionnante collection consacrée à un super héros créé dans les années 30 par Kavalier et Clay, et que tout le monde a oublié depuis : l'Artiste de l'évasion.

Le gamin Maxwell, puis l'adolescent boutonneux dévore ainsi la collection de comics de son père, jusqu'à vouloir en faire son métier de scénariste de comics ! D'ailleurs, c'est décidé : il est absolument insupportable de se dire que plus aucune histoire originale ne sortira sur l'Artiste de l'évasion : l'argent de l'assurance servira à racheter les droits sur ce héros, droits évidemment bien loin d'être aussi élevés que n'importe quel super héros des géants Marvel et DC.

Maxwell, scénariste de son état donc, n'a pas grand mal à trouver une dessinatrice de talent (Case Weaver) dont il tombera évidemment amoureux, et un lettreur de génie (son vieux pote Denny Jones) : il faut dire que la ville de Cleveland est un véritable vivier de jeunes talents de la BD américaine. Le travail bat ainsi son plein, et le numéro 1 des nouvelles aventures de l'Artiste de l'évasion ne va pas tarder à sortir : ce qu'il faudrait pour vraiment se démarquer, c'est essayer de refaire parler du héros oublié, en se débrouillant pour le faire passer dans le plus de médias possible, par exemple.

Les concours de circonstance sont ma foi bien heureux, et c'est le carton : tous les exemplaires de ce premier numéro sont vendus et dévorés par les adolescents boutonneux américains moyens. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud, et se mettre immédiatement au travail pour les numéros suivants, et ce sans se faire racheter les droits, malgré les ponts d'or qui commencent à être proposés.

Eh bien ! Voilà bien un petit ovni dans le monde du comics ! Cette lecture est bien loin des muscles saillants que l'on croise dans les périodiques Marvel ou DC, et nous apprend tout un tas de choses croustillantes sur la façon de créer un comics. Le scénario de Brian K. Vaughan est impeccable, et on ne s'ennuie pas une seconde au fil des pourtant nombreuses pages de ce one-shot. L'homme n'en est pas à son coup d'essai (voir Pride of Baghdad, cette histoire de lions échappant aux marines américains débarquant à Bagdad, et sorti l'année dernière chez Panini Comics, sans parler des apparitions dans des périodiques Marvel comme Ultimate X-Men ou Les fugitifs paru chez nous en édition Mini-Monster).

Les dessins sont superbes, et sont bien évidemment adaptés lors des pages montrant les comics créés par ces trois adolescents bien attachants. Un véritable régal, je vous dis, qui vous fera oublier (pour un temps au moins) vos Spider-Man et autres Superman.

Ecrite par Clark, le 28 Mai 2008 à 10:05 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb