Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Les Loups de Fenryder

 
  Corvin, Alec
Edition : J'ai Lu, Collection : Thriller 2006, 435 pages ISBN : 2-290-35077-X 7,80
 

En 1933, dans une petite ville de Lousiane, Tusitala, trois jeunes amis (deux garçons et une fille, Rose) veulent espionner, pour le plaisir, les gens de la haute société de la région, qui se sont donnés rendez vous pour une fête donnée par la riche et puissante famille McNeice. Or, ils ne s'attendaient pas à voir le fils McNeice mettre le feu à la demeure de façon incongrue, juste en la regardant,  et voir toutes ses personnes périr sous leurs yeux. Les jeunes adolescents très choqués, décident de ne parler à personne de ce qu'ils ont vu et leur amitié s'effrite inexorablement.

Les années passent et Rose décide de tout raconter à son petit-fils, Stanley. Ce dernier devient un grand écrivain à succès de livres d'horreur à la Stephen King. Mais lors d'une interview, il parle de l'épisode de 1933 et cela va déclencher la fureur des Loups de fenryder, une société secrète fantastique et assoiffée de sang, qui va s'en prendre à sa fille Paige. L'auteur à succès va devenir le jouet de cette société secrète.

Je me suis régalée avec ce livre écrit par un auteur français que l'on compare déjà au maître Stephen King. Il arrive à mélanger à la perfection le suspence, le fantastique, la peur dans un même livre qui est parfaitement abouti. La psychologie des personnages est très bien travaillée, notamment celle du héros principal qui est devenu une plaie vivante et qui tente de survivre.
Les premières pages de l'histoire sont assez déroutantes car on ne sait pas où veut nous amener l'écrivain mais, en peu de temps, tout devient très clair, et on devient littéralement accro. L'auteur met dès le début la barre haute pour ne jamais faiblir.

La fin est des plus édifiante et terrifiante mais totalement captivante. Le livre terminé avec tristesse, on se dit "Waouh", on en prend plein les yeux sans que cela soit sanguinolent pour autant.
Le seul bémol est qu'étant français, l'auteur aurait pu mettre en place son histoire dans notre pays.

A lire ainsi que la suite Etats primitifs.

Ecrite par Scorpionne, le 16 Mai 2006 à 09:05 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb