Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Les larmes de Brunehilde

 
  Fetjaine, Jean-Louis
Edition : Belfond 2007, 305 pages ISBN : 978-2-7144-4266-6 19
 

Durant le haut Moyen Âge, le royaume de Francie est en plein tourment. Les fils de Clotaire se livrent des batailles sans merci pour l'hégémonie du pouvoir royal. Les assassinats vont bon train. Deux frères sortent du lot : Sigebert et Chilpéric. Pour leur bonheur et malheur à la fois, ils ont épousé deux femmes à fort caractère, deux femmes qui vont donner une autre vision au rôle de reine, des femmes qui vont se détester alors qu'elles sont si semblables, j'ai nommé Brunehilde et Frédégonde.

Dans le premier tome, Les voiles de Frédégonde, on faisait la connaissance de Frédégonde, une jeune esclave qui par sa seule volonté avait envouté le roi et pris une part active dans le pouvoir royal.

Ici, on s'attache à Brunehilde, l'épouse de Sigebert. On rencontre cette fille de roi Wisigoth, qui a eu une excellente éducation, elle parle et écrit couramment le latin, mais qui est aussi très attachée à la religion catholique. C'est une femme de tête qui se livre dans cet ouvrage. En effet, l'auteur a eu la très bonne idée, à chaque début de chapitre, de laisser l'ancienne reine revenir sur son passé, à la veille de sa mort. Elle se livre honnêtement, ne nous cache rien, et va jusqu'à comprendre son ennemie de toujours.

Fetjaine a vraiment su se mettre dans la peau de cette reine au destin si terrible.

Ici, Frédégonde a eu un portrait plus noirci que dans son propre tome. Dans le premier, on percevait déjà son caractère sanguinaire, mais on arrivait à la comprendre, à lui pardonner. Ici, on y arrive pas, l'auteur ne nous en laisse pas l'opportunité. Comme si nous avions deux personnes distinctes au fil du pouvoir qu'elle acquiert.

Les hommes sont effacés. Même le jeune Mérovée n'y échappe pas. Il a droit à une très mauvaise présentation que ce soit physique et psychologique. Alors que l'histoire parle d'une véritable histoire d'amour entre lui et Brunehilde, l'auteur a pris le parti d'en faire une histoire de survie pour la reine.

Pour l'écriture, que dire d'autre qu'elle est aussi poigante et efficace que pour le premier tome. Il sait nous envouter et nous plonger dans ce siècle de fureur, de haine, de passion.

Etant une femme, je me suis plongée à corps perdu dans cette biographie romancée de cette reine. Me mettre à sa place, souffrir, aimer, regretter mais ne jamais oublier !

A lire !

Ecrite par Scorpionne, le 23 Mai 2007 à 13:05 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb