Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Les enfants du néant

 
  Descosse, Olivier
Edition : J'ai Lu, Collection : Thriller 2010, 475 pages ISBN : 978-2-290-02164-4 8
 

Une jeune fille est retrouvée sauvagement assassinée, le visage dépecé. Voici enfin l'enquête tant attendue par l'inspecteur François Marchand. Ancien psychanalyste, il est devenu enquêteur afin de mettre à profit ses talents de déduction. Or ce profileur n'est pas au bout de ses surprises, d'autres corps tout aussi saccagés vont être découverts dans des villes éloignées. Les deux points communs : la barbarie de l'acte et l'âge des victimes : fauchées en pleine adolescence. Quelles autres découvertes sommes-nous prêts à accepter ?

Le roman commence fort par la découverte d'un premier corps et la description d'une scène de crime difficile à soutenir. Les images frappent, les acteurs sont mis en place avec le peu de description qu'il est nécessaire. Pas de bla bla, tout de suite de l'action : j'adore ! Comparable aux écrits de Coben, de Reich ou de Patterson, on est étonné de lire des noms français comme Mons-en-Baroeul, Avignon, Nanterre, Grenoble... Un bon roman français à l'américaine : vivant, efficace et accrochant. Les virements sont nombreux, on suit avec passion les fausses pistes et les doutes ressentis par les inspecteurs tout au long de ces enquêtes. Plus les indices et les meurtres se multiplient, moins les éléments s'imbriquent. Le lecteur est témoin des agissements d'un serial killer mais certains points ne correspondent pas à la logique d'un psychopathe : comme la distance entre les lieux des crimes et l'absence de lien entre les victimes. Tant d'incohérences qui permettent un large échantillon d'hypothèses.

Les acteurs du roman sont peu présentés : l'auteur ne s'épanche pas sur leurs portraits. Cependant, il cite l'essentiel et explique ô combien ces personnages sont torturés. François Marchand a perdu sa femme, tuée par un de ses patients alors qu'il était psychanalyste. Impuissant devant ce drame, il s'est concentré sur le métier d'enquêteur pensant utiliser au mieux ses qualités d'analyste. Or cette certitude s'effrite au fur et à mesure de l'enquête. Est-il aussi clairvoyant qu'il le prétend ? Comment, lui qui n'a pas su éviter le meurtre de sa femme, peut-il arrêter un tueur aussi mystérieux ? Le lieutenant Julia Drouot débute dans le métier. Il faut qu'elle fasse ses preuves et s'imposer auprès de ses collègues. Déracinée, elle a tout misé sur sa carrière. Tiendra-t-elle le choc ? Entre ces deux personnages clés, va naître une histoire d'amour ambigüe, car entre collègues, et tumultueuse, car Marchand n'a toujours pas fait le deuil de sa première épouse.

Les profilers ont le vent en coupe en ce moment, notamment avec l'apparition des nouvelles séries télé comme Mentalist ou Lie to me. Or Olivier Descosse nous explique que ce métier n'est pas très répandu en France et que son héros en est l'un des précurseurs. Il est difficile de convaincre les professionnels de la fiabilité du procédé. Ce n'est pas une science, elle se base sur l'humain et ses émotions. Elle ne peut pas servir de preuves mais donne une orientation valable à l'enquête. Attention cependant au piège : tout peut-il être rationnel ? Peut-on trouver une explication à tout ?

Ce roman est un véritable coup de coeur, un écrit à vous donner des sueurs froides. Il ne démérite pas des plus grands auteurs américains. Heureusement pour nous, Les enfants du néant n'est pas son unique chef d'oeuvre. Il donne envie de découvrir Pacte rouge et La liste interdite.

Ecrite par Emily, le 05 Mai 2010 à 16:05 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb