Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Le ventre de la bête (La cuisine du diable - Tome 4)

 
  Karl.T & Marie
Edition : Vents d'Ouest, Collection : Turbulences 2008, 48 pages ISBN : 978-2-7493-0378-9 9,40
 

2B est mort. Seul son majordome est encore en vie, et c'est avec Anthony Poucet, un jeune gars plein de ressources, qu'on le retrouve : en route pour Chicago, où Anne est retenue, à la merci d'un ogre de la famille de l'Ogre, caïd new-yorkais tué dans le tome précédent. Et comme il est question de morts, le début de ce tome ne déroge pas à la règle, puisque ce sont les six frangins d'Anthony qui y sont passés. Désormais, plus rien ne retient le jeune italien dans la grosse pomme, et c'est dans la cité d'Al Capone que cela se passe maintenant.

Mais voilà. Cela devient difficile pour un petit gars perdu dans une ville qu'il ne connaît pas, même s'il a réussi à foutre une sacrée pagaille dans la mafia new-yorkaise. Anne est retenue dans une immense bâtisse, envahie de gardes du corps, et l'ogre commence à avoir sérieusement faim de la jeune fille qui commence à devenir sérieusement appétissante.

Ici, pas d'alliés chinois, pas de frères. Mais un certain Al Capone, inquiété au niveau judiciaire par Elliott Ness. Ce tome est ainsi l'occasion de mettre en scène ce mythique duo du Chicago de la prohibition, en cette année 1931. Les joutes verbales et physiques deviennent légion, sous le nez des journalistes. Mais c'est également l'occasion de voir éclore un mythe : celui des ogres ! En effet, on est là en présence d'êtres énormes qui ne rechignent pas à goûter pour de vrai de la viande humaine.

Anthony Poucet, ce morveux attachant mais devenu terriblement démerdard et impitoyable, aura bien du mal, dans ce milieu, à délivrer sa belle. Et le temps lui est compté

Cet ultime tome termine une série en apothéose. Les tons sépia apportés par la colorisation soulignent à merveille l'ambiance des années 30 à Chicago. Le dessin a une nouvelle fois fait l'objet de tous les soins et détails : bravo donc pour les travaux de recherche. On s'attache une nouvelle fois au jeune Poucet, tout en sachant pertinemment que rien ne pourrait arriver à un tel gamin. Ce dernier s'est considérablement endurci au fil des tomes, et a pris une assurance que bien peu d'adultes parviennent à atteindre. Ces modifications des traits de caractères du héros principal sont peut-être d'ailleurs ce qu'il y a de plus en plus intéressant dans cette série.

En tout cas, Damien Marie, vivement votre prochaine série !

Ecrite par Clark, le 28 Mars 2008 à 14:03 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique




Ecrit par WongLi le 28 Mars 2008

Si tu aimes Damien Marie, je te conseille Welcome to Hope, aux éditions Bamboo. C'est très très bon... et très très noir.

Répondre à ce commentaire




© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb