Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Le tueur en pantoufles

 
  Dard, Frédéric
Edition : Points 2008, 185 pages ISBN : 978-2757807590 6,50
 

Jango vit paisiblement dans un pavillon de banlieu avec sa mère et son fiston Zizi. Son boulot ? Tueur à gages. Et il ne se complique pas la vie Jango : il attire la futur victime chez lui sous un pretexte quelconque, une piqure dans la nuque et hop dans la citerne d'acide pour faire disparaitre le corps ! Tout va bien pour lui et ses petites affaires jusqu'au colonel.

Il avait été commandité par le neveu du colonel afin que celui-ci hérite de la fortune de son cher tonton. Mais après le plongeon dans l'acide, Zizi s'aperçoit que la légion d'honneur du colonel est restée sur la table, il veut jouer avec mais Jango lui interdit et la met dans sa poche.

De la poche elle se retrouve au revers de son veston et quand il la porte personne ne le reconnait (sauf sa mère mais une mère hein ...). Mais le pire c'est que le colonel le hante ! Littéralement ... Rien ne va plus dans sa vie. Même sa petite "entreprise" risque de disparaitre : le neveu étant inculper du meurtre du colonel il pourrait tres bien le dénoncer à la police.

Jango est certain que le colonel est en colère d'avoir disparu sans sa décoration mais même en la jetant dans le bain d'acide il n'est pas certain que le colonel soit satisfait.

On sent pointer derrière Jango, malgré sa profession, une ébauche de San-Antonio. Jango qui avec sa mère qui lui confectionne de bon petit plat, il est attiré par toutes les femmes qu'ils croisent et est un peu frimeur sur le bords. Roman paru dans les années 50 il n'a jamais connu le succès qu'il aurait mérité car déjà à l'époque Frédéric Dard savait jouer sur tous les tableaux et bousculer la langue française ainsi que les bonnes moeurs.

Ecrite par Arsenik_, le 09 Juillet 2008 à 11:07 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb