Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Le testament des siècles

 
  Loevenbruck, Henri
Edition : France Loisirs 2005, 420 pages 15,80
 

Damien Louvel est scénariste pour une grosse série américaine, dont il détient les droits. Exilé à New York depuis une brouille qu'il avait eue avec son père, il n'est revenu en France que pour enterrer sa mère. Son père n'ayant même pas pris la peine de se déplacer à cette occasion, ils ne se sont pas revus depuis onze ans. Aussi, lorsque le notaire de ce dernier l'appelle pour lui annoncer sa mort, Damien n'éprouve pas une grande émotion. Toutefois, il y a des choses à régler en France et Damien va retourner dans son pays pour enfin mettre cette partie de sa vie derrière lui.

Damien va apprendre que son père avait acheté une maison à Gordes, dans la Vaucluse, lui qui était un parisien invétéré. De plus, inconditionnel des livres et possédant une collection impressionnante, il semble que tous les livres ai été vendus pour financer l'achat de la maison. Et ceci, pour Damien, est incompréhensible. Il décide alors de se rendre dans cette maison, qui lui appartient maintenant, pour se rendre compte de ce qui a pu attirer son père aussi loin de chez lui.

Il va alors mettre le pied dans une enquête dont les tenants remontent à plusieurs siècles et qui pourrait changer la face de l'humanité.

Ayant lu les deux cycles de fantasy d'Henri lors de leur sortie, il me tardait de pouvoir découvrir un récit contemporain signé de sa main. Et je dois dire que je n'ai pas été déçu. À la fois extrêmement bien documenté et complet, il n'en est pas pour autant pédant ou ennuyeux. Au contraire, les pages défilent rapidement, trop peut-être, et l'action est, de plus, au rendez-vous pour entraîner le lecteur dans une course poursuite épuisante.

C'est une uvre forte qui se dévore de la première à la dernière page et je vous garantie que vous aurez du mal à le lâcher une fois que vous l'aurez commencé.

Ecrite par WongLi, le 19 Août 2005 à 14:08 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb