Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Le rouge du péché

 
  George, Elisabeth
Edition : Pocket 2009, 800 pages ISBN : 978-2-266-19240-8 8,10
 

Ne supportant plus la compassion de sa famille et de ses amis, Lynley quitte Howenstow pour parcourir le sentier côtier de Cornouailles. Après six ou sept semaines de randonnée, au hasard d'une crique, il découvre un cadavre. L'inspecteur chargée de l'enquête, une fois vérifiée son identité, n'hésite pas à l'embaucher officieusement, jouant sur le fait qu'en tant que témoin il doit rester dans le secteur.

Il est sûr qu'elle a besoin de toute l'aide possible, la victime, malgré son jeune âge, ayant possédé l'art de se faire des ennemis. Et c'est aussi pourquoi elle sautera à pieds joints sur l'offre intéressée de collaboration que lui fait Sir David Hillier, patron de Scotland Yard.

Enfin la suite ! Après le relatif "pas de côté", quelque passionnant qu'il fût, d'Anatomie d'un crime, les fans de la série Lynley-Havers savent enfin ce qu'il advient de lui, au moins, depuis les évènements tragiques racontés dans Sans l'ombre d'un témoin.

Et comme d'habitude pour les meilleurs romans d'Elisabeth George, la lecture peut se faire à plusieurs niveaux : factuel avec, donc, la suite des aventures de l'aristocratique limier (on n'en saura pas plus, dans ce tome, concernant celles de Havers ou des Saint-James) ; philosophique, avec une réflexion en filigrane sur l'amour, la perte, le deuil et ses différentes facettes et modalités, ou, comme souvent chez George, les relations parents-enfants ; social, avec, toujours, la description "entomologique" de la société anglaise, avec ses classes, et ses laissés-pour-compte ; littéraire, enfin, avec le bonheur de lecture de ce roman si bien construit, avec ses personnages et intrigues secondaires qui étoffent et étayent la principale.

Tous les personnages sont décrits avec finesse et tendresse, tous sont complexes, et la description de la nature cornouaillaise, qui participe d'une certaine façon à l'action, est somptueuse.
En somme un grand George, à déguster sans modération !

Ecrite par Mureliane, le 04 Novembre 2009 à 15:11 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb