Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Le Prince de Lexington Avenue

 
  Sheehan, James
Edition : Belfond 2007, 468 pages ISBN : 978-2-7144-4294-9 20
 

Même s'il semble avoir perdu son meilleur ami, Johnny Tobin, Mike Kelly a tout pour être heureux, entre sa belle épouse Elena et leur fils Rudy. Mais il sombre dans l'alcool, et Elena s'enfuit avec l'enfant. Il n'aura plus de nouvelles d'eux pendant dix-sept ans, jusqu'au moment où leur fils sera accusé de meurtre. Et malgré le fait que l'enquête a été bâclée par l'inspecteur qui en était chargé, et qui a piégé le trop confiant Rudy, et par le procureur Clay Evans, seulement intéressé par son avancement, Rudy sera condamné à mort.

C'est au moment où il apprendra la mort de Mike Kelly que celui qui est devenu Jack Tobin, ténor du barreau, sera mis au courant de ce drame et, faute de réussir à éviter la chaise électrique au fils de son ami, fera traduire en justice ceux qui l'y avaient envoyé.

Voilà un roman palpitant, que l'on a du mal à lâcher une fois qu'on l'a commencé. L'action est incessante, sans jamais être confuse, les personnages sont tous intéressants, et l'auteur est doté de ce talent pas si fréquent chez les spécialistes d'un sujet de savoir exactement doser la quantité d'informations techniques nécessaires à la bonne compréhension du lecteur, sans l'excéder. Tout en ayant une façon d'écrire très américaine, et c'est peut-être le seul bémol que pourait émettre le critique français, pétrie de bons sentiments et avec happy end obligé, il montre bien les failles du système judiciaire de son pays.

Vraiment un excellent moment de lecture, et un premier roman impressionnant de maîtrise.

Ecrite par Mureliane, le 27 Septembre 2007 à 13:09 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb