Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Le portrait

 
  Pears, Iain
Edition : Belfond 2006, 190 pages ISBN : 2-7144-4165-3 18,50
 

Quatre ans d'exil, il a fallut quatre longues années de solitudes sur l'ile de Houat, au milieu des marins peu sensible à l'art et à la peinture d'Henry MacAlpine. Même son ami et critique William Nasmyth n'avait aucune nouvelle et surtout n'en prenait pas !

Pourtant le critique est enfin sorti de son silence et a fait le déplacement dans cette contrée aride afin qu'Henri fasse son portrait et revienne sur la scène médiatique anglaise. Henri MacAlpine était en phase de devenir un grand portraitiste avant son exil. Le peintre va faire le meilleur portrait de sa carrière ! Mais pas forcement sur la toile et avec de la peinture.

C'est avec des mots, uniquement des mots qui nous depeignent le critique dans toute sa noirceur, sa mysoginie, sa misantropie ! Un long monologue du peintre nous donne à voir qui est réellement ce personnage admiré par tout le milieu artistique anglais mais aussi parisien. Lui qui, en quelques lignes dans un journal, faisait ou defaisait une carrière a pourtant bien des choses à se reprocher. Le ton d'Henry nous le montre, se teintant peu à peu d'amertume, de rancoeur, de haine, de dégout envers celui qui a été son ami et qui écoute chaque parole tandis que le pinceau couche les couleurs qui dépeignent la noirceur de son arrivisme.
Au fur et a mesure que le portrait se dessine, les aveux tombent, lourds de tant de silence jusqu'au coup final.

Un exercice de style qui aurait pu rendre ce roman lourd et illisible est mené par une main de maitre. Ce monologue n'est en rien rebarbatif mais bien au contraire fascinant grâce à l'écriture subtile de Iain Pears. Ces connaissances de l'art et de la peinture lui permettent de piéger le lecteur dans sa toile pour lui montrer combien l'art et la vie sont unis comme les doigts de la main. Terriblement émouvant, sombre, captivant comme l'est l'océan qui vient s'abattre sur les falaisies de l'ile d'Houat pendant les tempêtes. La beauté et la sensibilité de ce récit ne vous laissera pas indemne.

Ecrite par Arsenik_, le 04 Avril 2006 à 18:04 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb