Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Le goût de l'immortalité

 
  Dufour, Catherine
Edition : Mnémos, Collection : Icares SF 2005, 249 pages ISBN : 2915159521 17,50
 

Il est des livres dont on entend parler avant même leur parution. Dont on nous dit qu'ils seront des petits chefs-d'oeuvre avant même de sortir des presses. Et quand même, quelque part, on a un doute : on en a vu, et beaucoup, des livres comme ça, qui se sont révélés au mieux moyens, au pire à peine lisibles. Mais parfois, la rumeur a raison. Catherine Dufour nous avait auparavant enchantés par son cycle Quand les Dieux buvaient, fantasy burlesque et délirante, dont le dernier opus, Merlin l'ange chanteur, au-delà du jeu de mot, délivrait déjà quelques volutes noires et tristes.

Le goût de l'immortalité est la triste histoire d'une triste petite fille, dans un monde triste. Cependant le récit lui-même n'est pas triste, et quelques sourires doux-amers viendront même souligner le drame raconté. Empreint de nostalgie, comme toujours quand une personne âgée raconte ses souvenirs, le texte est une lettre à un ami, une confession avant de demander de l'aide. Je vous laisse le plaisir de découvrir quels secrets sont confessés, et l'ampleur de l'aide demandée. Sachez seulement que vous ne reviendrez pas indemne de ce futur à peine anticipé, et que la rumeur a tort : ce livre n'est pas un petit chef d'oeuvre, c'est un chef-d'oeuvre tout court !

Le récit mettant l'accent sur les personnages, les destins croisés, les choix (parfois douloureux), même les lecteurs les moins enthousiasmés par la science-fiction ne pourront qu'apprécier. L'écriture fine, précise et qui fait mouche, révèle quelques phrases qui feront sans nul doute date dans l'histoire de la science-fiction. Je regretterai presque que le roman ne soit pas un peu plus long... La vie est une drogue terrible. La lecture aussi !

Ecrite par Sasha, le 15 Décembre 2005 à 10:12 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb