Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Le chevalier errant

 
  Martin, Avery, Miller & Crowell
Edition : Milady, Collection : Graphics 2010, 160 pages ISBN : 978-2-8112-0244-6 14,90
 

Dunk se retrouve à enterrer son chevalier et maître, Ser Arlan de Pennytree, un chevalier errant qui a voué sa vie à défendre les voeux de la chevalerie bien mieux que les mieux nés qui eux n'ont plus que le titre, sans tout ce que cela peut impliquer. Dunk est seul face à la tâche. Ser Arlan a toujours été bon avec lui, et juste. Il a apprit à Dunk les bases du maniement des armes. Et même si Dunk n'est pas le meilleur combattant qu'il soit, sa carrure impressionnante compense largement ce qu'il n'a su acquérir en technique. Dunk n'a que les affaires de Ser Arlan pour survivre, ce qui est déjà beaucoup. Mais dés qu'il va entendre parler du tournoi de Sorbier, Dunk va se mettre beaucoup d'idées en tête, comme celle de gagner.

Mais comment un jeune chevalier errant, tout juste adoubé sans aucun témoin, peut-il prétendre à gagner un tournoi face aux meilleurs chevaliers du royaume ?

Le chevalier errant est l'adaptation en comics de la novella du même nom que George R.R. Martin a fait se dérouler dans son monde, le royaume des Sept Couronnes, siège de l'épopée grandiose qu'est le Trône de Fer. Ben Avery, Mike S. Miller et Mike Crowell se sont attaqué à l'adaptation de la novella en comic et on peut dire que le résultat est plus que réussit. Le scénario est parfaitement restitué et le personnage de Dunk est plus vrai que nature. On prend plaisir à le suivre dans ses rêves, on tremble pour lui lorsqu'il lui arrive des mésaventures (et on sait que Martin est un grand spécialiste pour maltraiter ses personnages) et on est soulagés quand il arrive parfois à se sortir de mauvais pas. Bien sûr, le scénario de Martin était très bon, mais il aurait été possible de le rendre mauvais en l'adaptant mal. Mais Ben Avery a eu le bon goût de ne rien en faire et de nous faire un scénario dans lequel on plonge et pour lequel on vibre.

Tout cela est parfaitement restitué dans le dessin de Mike S. Miller. On connaît le nombre de personnages que compte le royaume des Sept Couronnes et il aurait été aisé de se perdre dans la foule des protagonistes. Mais le dessinateur a su donner son style à chacune, si bien qu'on n'est en rien perdu. Bien sûr, il faut réussir à suivre tous les personnages et à s'en rappeler, certains n'apparaissant que peu de fois, mais ce n'est pas le dessin qui est en faute, mais le grand nombre de personnes intervenant. C'est aussi ce qui rend le monde de George R.R. Martin si riche et vivant, même si on ne se rappelle pas forcément de tous les personnages que l'on croise.

Lire ou voir l'adaptation d'un roman ou d'une nouvelle que l'on a adoré est toujours inquiétant, parce que l'on a peur d'être déçu, forcément. Mais quand le résultat est de ce niveau, on n'a qu'une seule envie : se replonger dedans. D'ailleurs, il est à noter que l'autre novella de Martin avec Dunk toujours en héros, L'épée lige, a déjà été adaptée en comics. À quand une version française ? Et, soyons fou, à quand une adaptation comics du Trône de Fer, sachant qu'une version série télé est d'ores et déjà prévue ? Quoi ? On peut toujours rêver, non ?

Ecrite par WongLi, le 12 Août 2010 à 08:08 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb