Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Le Chant du Drille

 
  Ayerdhal
Edition : Au Diable Vauvert 2003, 358 pages ISBN : 2-84626-062-1 21
 

Avant de parler du roman en lui-même, je pense qu'il faut avant tout parler un peu de l'auteur. Pour ceux qui ne le connaissent pas déjà, Ayerdhal est un auteur français, je dirais même un "fameux" auteur français qui, depuis 1992, a écrit de nombreux romans, a reçu trois prix littéraires et surtout, est devenu, avec quelques autres lauréats (Gaborit, Bradbury, Proust-Tanguy, R.C Wagner...) un de mes chouchous. Pourquoi cela ? Bah... procurer vous Le Chant du Drille et vous comprendrez pourquoi.

Tout commence par une lettre. Une lettre qui essaye de décrire la beauté, le sublime, le merveilleux... que contient le chant des drilles. Qu'est ce qu'une drille ? Un petit être humanoÏde, vivant sur Taheni, planète à peine colonisée, vierge, sauvage, paradisiaque... Mais voilà qu'après quelques années de cohabitation entre les hommes et les drilles, ceux-ci viennent organiser aux portes des villes et des villages tahenites des suicides collectifs... ce qui, avouons le, n'est pas super bon pour le moral des êtres humains. (Imaginez que chaque matin, vous vous leviez et que vous découvriez devant votre porte une quinzaine de chiens qui se sont laissés mourrir sur votre paillasson... Ca fait désordre, non ? ) Bref, on envoie sur Taheni, Lodève, inspectrice génerale des colonies, pour essayer d'y comprendre quelques choses. Et, autant vous prévenir, y va y'en avoir des choses à comprendre !

Le Chant du Drille, premier roman d'Ayerdhal, est un excellent roman. Cela se lit vite (voire même trop vite, mais j'y reviendrais). Et même si on se sent quelques fois un peu largué dans l'administration homéocrate, je dirais que cela a du bon car le livre perdrait de sa fluidité si on nous expliquait pendant un long chapitre ce qu'est l'Expansion, la Commission... Et puis, à mon sens, c'est un des charmes d'Ayerdhal. En effet, ce qui me plait dans ses romans, outre l'univers qu'il peut nous décrire, c'est l'engagement, la passion qui transparaît dans son écriture.

J'ai ressenti la même chose lorsque j'ai lu Demain, une oasis (chez J'ai Lu), à savoir que par moments, on a la sensation que c'est Ayerdhal lui-même qui parle derrière ses protagonistes ; et ça, c'est un réel plaisir. Et puis, aussi, Lodève est un personnage des plus attachant, tant par son intelligence que par ses défauts. La seule petite ombre au tableau, j'en ai déjà fait l'allusion plus haut, c'est que Le Chant du Drille est un peu trop court. En effet, je regrette qu'il n'y ait pas eu quelques autres brefs moments de poésie et de merveilleux en compagnie des drilles.

Conclusion, remercions tous en choeur la maison d'édition Au Diable Vauvert d'avoir réédité Le Chant du Drille, car je n'aurais peut être pas pensé toute seule à aller voir l'ancienne édition, et je m'en serais mordue mes petits doigts.

Ecrite par Nereide, le 29 Novembre 2003 à 18:11 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique



explication de texte
Ecrit par Héloïse le 07 Décembre 2003

Bonsoir chère déesse aqueuse!!

Je suis chez ma grand-mère, il est minuit moins le quart, et je trouve que ce sont des conditions idéales pour découvrir le site des Chroniques Imaginaires, et plus précisemment les tiennes, puisque, et je n'ai pas peur de le dire, aurais-je même eu seulement connaissance de l'existence de ce site sans tes partiales incitations?
Et j'avoue que c'est avec plaisir que je retrouve une verve toute élyséenne (meuh non, rien à voir avec le Président!!)avec force images et moult sensations, une écriture orale et donc en relief.
Soit dit en passant,je serais assez d'accord pour signer une pétition contre les chiens qui meurent sur le paillasson des honnêtes gens, si cela devait être.
Ma petite critique: tu décris trop la structure de ta chronique ("avant de parler du roman...", "j'y reviendrai", "j'y ai fait allusion"). Ca n'ajoute pas grand chose et c'est vachement moins drôle que les chiens morts!
Toutefois cela ne m'a pas empeché d'avoir presque envie de lire de la SF (mais...qu'est-ce qu'il m'arrive?), aurais-tu donc rempli ta mission de chroniqueuse?


Répondre à ce commentaire




© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb