Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

La Terre des morts (Les enfants de l'Atlantide - Tome 4)

 
  Simonay, Bernard
Edition : Points 2007, 521 pages ISBN : 978-2-7578-0274-8 7,80
 

Astyan parvient à bord de l'Arkas à atteindre le pays des Arc-en-ciels, où ils se fait tout de suite adopter par les tribues humaines locales. Tout aurait donc pu aller pour le mieux si les prêtres embarqués de Leonesse avaient respecté leur parole de ne plus suivre les principes de Yawevah. Mais c'est visiblement trop difficile pour un homme comme Alphéros et ses disciples. Ceux-ci ayant recommencé, ils ont été bannis par le Titan. Mais c'était une punition trop clémente, car voilà qu'il s'est acoquiné avec une tribue ennemie de celle des Kodyac. Profitant alors de l'absence du Titan, il monte une bataille sur deux flancs qui mit à mal les villageois et leurs alliés Thuléens. Cependant ils rencontrent plus de résistance que prévu, et bientôt le Titan allait revenir accompagné de Païdras.

Le bilan est cependant assez lourd : le vieux prêtre Farkos, Haldrean le vieux sage des Fravennes mais surtout Attalantë, l'épouse humaine d'Astyan ont péri sous les coups de l'ennemi. Furieux, Astyan rassemble des volontaires, et poursuit les traces laissées par Alphéros et les siens. Même avec une connaissance sur masquer ses traces, cela ne perturbe pas Astyan qui a en grande partie récupéré ses pouvoirs. Leurs pas les mènent dans un marais sinistre au milieu duquel se trouve une cité de style militaire atlante, bien que partiellement détruite. Les Kodyac ont peur, et on les comprend, alors Astyan y va avec quelques marins à lui. Il sent la présence de ses ennemis dans des souterrains non loin et l'effet de surprise des ennemis est annulé, l'art atlante du combat faisant le reste. C'est en étudiant la cité qu'il comprend que cette base devait être le quartier général d'Ophius le Géant, qu'ils n'avaient jamais réussi à retrouver à l'époque.

Dans cette base, il sent alors de l'Uraan, et trouve le laboratoire de Daïmos Galbraeth, un savant ayant vécu en Atlantide et responsable de toutes les avancées technologiques des Géants. Il apprend dans son livre où ses frères Titans ont été envoyés par la double hélice : dans un univers parallèle du leur. Un lieu que Galbraeth nommait Thanata, la Terre des Morts. Dès lors la suite était logique pour Astyan : il fallait préparer une expédition pour aller les chercher là bas, et en revenir. Il avait appris comment se rendre à Thanata. Restait à préparer des armes, grâce à l'Uraan retrouvé, et à s'y rendre.

Mais, à son bonheur, il sentit approcher la présence d'une Titanide. Non pas Anéa, sa compagne, mais Pléionée, fille d'Ocyaan et de Thétys, seule enfant de Titans à avoir hérité des pouvoirs de ses parents. La pauvre était restée seule pendant plus de 6000 ans. C'est donc ensemble qu'ils mirent le cap vers le triangle maudit qui, semble-t-il devrait les mener vers Thanata.

Thanata ne vous semblera pas complètement différente, loin de là. Bernard Simonay utilise ce livre, totalement cohérent avec les autres, mais comme une extrapolation de ce que pourrait ête le futur de notre Terre. Astyan et Pléionée bourlingueront ainsi aux quatre coins du globe pour connaître le passé de Thanata, mais surtout pour retrouver leurs compagnons. Au fur et à mesure des pages, Simonay relatera le destin des êtres humains s'ils perpétuent la politique du dieu Argent. Non loin, de son propre aveu, des théories d'Hubert Reeves le célèbre astrophysicien, Simonay place le début des problèmes avec la présidence d'un certain Jorge Buisson. Allez, faites un effort, je suis sûr que ce nom ne vous est pas inconnu. L'espoir ne vient que par quelques groupuscules de Renaissance, où commencent les discours idéologiques.

Quoi qu'il arrive, ce volume clos avec brio la saga des Enfants de l'Atlantide... Quoi que. La fin offre une possiblité d'ouverture vers un cinquième opus. Voulez-vous nous faire ce plaisir M. Simonay ?

Ecrite par Garion, le 10 Février 2007 à 16:02 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb