Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

La saison de la couloeuvre (Tome 1)

 
  Michaud & Lehman
Edition : L'Atalante, Collection : Flambant 9 2007, 68 pages ISBN : 978-2-84172-380-5 16,50
 

Dans un univers gris à la fois proche et lointain de nous, un homme s'apprête à aller travailler. Cet homme, c'est Derec Finn, et il est le fils de Valder Finn, lequel a fait ses preuves dans cet endroit. Pour Derec, cest le premier jour de travail à l'Intersection 55. Et le moins que l'on puisse dire, cest que son chef, Mauer, est un connard fini. Mais il y a de quoi, car à peine l'accueil du nouvel arrivant effectué, un problème de sécurité survient par le biais de la distribution de mystérieux tracts dans l'Intersection 55. Derec est immédiatement plongé dans le grand bain, et sans filet : il doit accueillir seul un client.

Tandis que Rhéa Davenham, une collègue sympa de Derec, accueille la célèbre Diane Bendix en provenance de Procyon, voilà que Derec accueille une fourmi géante, le médiateur Jarmil, en provenance de Betelgeuse. Aussitôt, un incident a lieu : l'individu formicien s'en prend à Xtalassar, une espèce d'énorme armurier, pour cause de génocide envers son peuple.

Et c'est l'occasion de voir ici les premières couleurs se mettre en place... Car il est comme ça, cet album... Tout en noir et blanc, ou plutôt en bleu terne et blanc ! Et dès qu'un éveil de conscience a lieu, l'individu en question prend soudainement des couleurs (la lecture des tracts n'est pas étrangère à cet état). Le pire, c'est que cet état coloré est furieusement contagieux !

C'est toujours un plaisir de découvrir un nouvel éditeur sur ce site. Ici, on est loin d'être déçu. Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, parlons de la forme... La saison de la couloeuvre est une BD grand format, ce qui est déjà assez rare et intéressant. Ensuite, un rapide coup d'oeil vous fait remarquer le travail choquant des couleurs... Pourquoi diable n'a-t-on droit à la couleur que de manière ma foi limitée ? Bref, la curiosité vous gagne lorsque vous démarrez la lecture...

Et puis vous comprenez. En fait, le scénario s'inspire de films comme Brazil ou 1984... Nous sommes dans une société où chacun a sa place, sans possibilité de dévier un tant soi peu. Et puis, il y a les tracts, et un éveil de conscience dans une certaine partie de la population, représentée par une couloeuvre. Tout éveil de conscience s'accompagne donc de la colorisation progressive des personnages concernés. Et là, il faut bien reconnaître que l'idée est excellente.

Ajoutez à ce scénario fort bien ficelé des dessins très précis et très agréables, et vous obtenez ce type de BD fort rafraîchissante, qui vous tient en haleine. Et vous vous retrouverez comme moi, à attendre impatiemment la suite, à vouloir savoir comment s'est mis en place ce réseau de routes spatiales dignes de Stargate. A vouloir savoir pourquoi le père de Derec est si connu dans l'Intersection 55...

Ecrite par Clark, le 17 Octobre 2007 à 10:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb