Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La Prisonnière de Malte

 
  Ball, David
Edition : Presses de la Cité 2006, 348 pages ISBN : 2-258-06528-3 19
 

Alors que leur père les croit occupés à nettoyer le cloaque de la maison, Nico et Maria Borg sont partis à la recherche d'un trésor à l'autre bout de l'île. C'est alors que leur route croise celle de corsaires turcs ayant fait escale à Malte à la recherche d'eau. Si Maria parvient à se libérer de la poigne de son kidnappeur, il n'en va pas de même pour Nico qui est capturé et emmené sur une galère en partance pour Alger où il sera vendu plus tard à titre d'esclave au terrible El Hadji Farouk. Maria, de son côté, devra affronter la terrible colère de son père ainsi qu'un énorme sentiment de culpabilité pour la perte de son petit frère. Elle n'aura de cesse de tout mettre en uvre pour le retrouver.

Ce roman se déroule au XVI ème siècle sur l'île de Malte qui, à cette époque, est occupée par les Chevaliers de Saint-Jean. Cette île est une zone charnière de la Méditerranée, un carrefour entre l'Orient et l'Occident. Elle représente un enjeu pour les Ottomans car elle est un passage important pour le commerce et la conquête maritimes. Elle est également un problème pour la religion catholique car les chevaliers se sont éloignés de l'autorité religieuse. Malte est donc un entre-deux mondes dont les habitants subissent d'un côté l'autorité des chevaliers de mauvais gré et de l'autre les rafles que les corsaires opèrent régulièrement dans les villes.

Dans cette atmosphère particulière, David Ball décrit le destin de Nico et Maria Borg qui vont être séparés lors de la capture de celui-ci. Maria, du haut de ses treize ans veille sur Nico. Elle est entêtée, possède une volonté de fer et n'hésite pas à affronter son père, à défier son autorité. Son petit frère, âgé de dix ans se laisse entraîner à la suite de son aînée même s'il n'est pas aussi courageux, ni aussi aventureux.

Ce livre conte le destin de trois enfants venant de rang et de milieux variables : Maria, Nico et Christian qui apparaît plus loin dans le récit. Il met en scène trois mondes très divers, dont le mode de fonctionnement est particulier. Il s'agit de Malte, d'Alger et plus généralement de l'Empire ottoman, et de la France. L'une des différences fondamentales est la religion à laquelle vont se heurter les trois protagonistes. Le catholicisme est la croyance basique mais Maria sera confrontée à la découverte du judaïsme, Nico deviendra Asha lors de sa conversion à l'Islam et Christian redécouvrira sa foi en la religion chrétienne.

Les trois jeunes gens devront faire face à leur conscience, et s'arranger avec elle. Il leur faudra mettre à l'épreuve leur croyance et aiguiser leur sens critique par rapport aux choses extérieures. On a affaire à une belle parabole du passage à l'âge adulte par le biais de l'acquisition du sens de la réflexion et d'une distanciation vis à vis de l'enseignement et des valeurs apprises et enseignées.

La contextualisation est excellente. Le panorama d'ensemble balaye l'intégralité de la situation historique avec apport de faits, explication et présentation des forces en présence, et notamment l'Empire ottoman. Il y a une mise à plat des différentes religions, une démonstration de leur importance, leur primauté et le traitement qu'elles réservent à leurs fidèles. L'Histoire et l'histoire des religions servent de toile de fond au récit romanesque. Il s'agit d'exposer l'époque où prédominait le catholicisme et où celui-ci apparaît comme obscurantiste, à la limite de la superstition en regard de la religion musulmane qui s'envisage comme sage et éclairée. Il est à noter que les points historiques et les précisions proviennent d'un point de vue oriental à la manière des Lettres Persanes de Montesquieu. Darius, le conteur se permet ainsi quelques piques ironiques à l'encontre des conflits religieux existants au sein de la religion chrétienne alors que ce sont les orientaux qui sont traités de barbares.

Le style est très beau, fluide et élégant, les cartes sont splendides, précises et permettent une très bonne visualisation géographique offrant ainsi la possibilité de pouvoir suivre les actions.
Très bon roman, passionnant bien construit, alternant les descriptions de paysages superbes et les dialogues, balançant d'un personnage à l'autre, essentiellement entre Nico et Maria et leurs différents modes de vie. À découvrir d'urgence.

Ecrite par Sig, le 13 Juin 2006 à 14:06 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb