Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La Porte

 
  Berrouka, Karim
Edition : Griffe d'Encre, Collection : Novella 2007, 66 pages ISBN : 978-2-9529239-4-1 8
 

Deux Loups-Garous, communément appelés Premier-Loup-Garou et Deuxième-Loup-Garou, sont tranquillement installés chez eux à deviser sur le côté incongru de manger par trop de son repas de missionnaire, en ne laissant que quelques menus morceaux à Premier-Loup-Garou, au point de s'en faire éclater la panse ou presque. Voyant la discussion stérile, en particulier vu la concentration importante que Deuxième-Loup-Garou devait monopoliser dans le seul but de digérer son copieux repas, ils décident de pratiquer une partie d'échecs, mais les osselets ne se défendaient guère mieux. Fort heureusement pour le malheureux gourmand, quelqu'un frappa à la porte. Voilà qui était fort inhabituel ! Fort mécontent, mais résigné à l'idée que la partie de toute manière était fichue, Premier-Loup-Garou soigne ses atours avant d'ouvrir l'épaisse porte de chêne bardée de fer. Apparaissent trois silhouettes féminines.

Oyez Oyez braves gens, car voici venir le premier conte sans philosophie bourré de philosophie... Car vraiment les deux personnages principaux de Karim Berrouka se devaient de vivre ensemble. Ils ont les mêmes centres d'intérêts et une verve à toute épreuve. Mais les voilà dérangés soir après soir pour n'en être que bien peu récompensés. Du conte, ce texte en a tout les aspects : du merveilleux, de l'absurde et une dose de répétitions d'événements que ne manqueront les amoureux des mots. Car philophile il faut l'être pour apprécier toute l'érudiction et l'humour de Karim Berrouka. Voyez donc : je m'installe fort tard dans mon fauteuil dans mon canapé pour lire quelques pages avant d'aller me coucher... et je n'en ressors qu'à la fin de la soixantaine de pages tant l'histoire m'a pris dans ses méandres. Du très grand art ! Mention spéciale à la horde de Barbares à l'humour... euh... barbare (à ce propos je connais une marque de bière qui leur conviendrait parfaitement !). Je n'en dis pas plus histoire de préserver la surprise.

Troisième parution dans la collection Novella chez Griffe d'Encre, cette Porte innove encore par rapport au très contemporain Métropolitain ou au futuriste Jouvence. Par ce panel, l'on comprend mieux la ligne éditoriale d'une ouverture d'esprit vers l'imaginaire au sens large. Ici, le conte est abordé sous un aspect de comédie porté autant par les dialogues acerbes argumentés suivant leurs personnages respectifs tous hauts en couleurs. Le narrateur n'est pas en reste, déblaterrant des tas de situations burlesques ou dramatiques avec la même banalité, voire limite fataliste.

Tout cela, je l'espère, vous aura fait comprendre la raison de ce grand coup de coeur pour cette novella qui n'a qu'un défaut : celui de paraître trop courte ! Fort heureusement, vous pouvez avoir un petit bonus en lisant la partie biographie de l'auteur qui démontre, s'il était encore nécessaire, tout le talent de Karim Berrouka. Coup de chapeau !

Ecrite par Garion, le 23 Octobre 2007 à 01:10 dans la rubrique Roman Nouvelle .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb