Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

La Pierre de Tu-Hadj (Tome 1)

 
  Malagoli, Alexandre
Edition : Le Livre de Poche 2007, 693 pages ISBN : 978-2-253-11802-2 8
 

Il y a des siècles, sous la domination du roi-sorcier Arion, les sorciers ont déclenché la Grande Folie, qui rendait les hommes fous, la magie incontrôlable et fit de ce monde un chaos. Depuis lors, la magie a été proscrite, à part celle employée, parcimonieusement, sous la houlette des Soeurs. Cette Sororité récupère tous les adolescents qui entendent des voix, qui deviennent Impurs, les autres les autres vont au bûcher. Lucas, jeune séminariste du monastère de Saint-Quernal aurait aimé dédier sa vie aux orphelins auxquels il enseigne, même s'il doute de lui-même, à cause de ces intuitions qu'il ressent, de ces Voix qu'il entend et qui le guident, contre son gré. Mais son abbé a d'autres plans pour lui, des plans destinés à le plonger dans les méandres et les intrigues politiques de la cour impériale, pour qu'il fasse entendre la voix de la religion aux nobles. Pour qu'il mène, à son insu, une révolution destinée à faire monter le clergé sur le trône. Lucas sait tout cela, il l'a découvert grâce à son don, mais malgré le dégoût qu'il ressent envers son ancien maître à penser, il accepte le marché et, déterminé à faire échouer la conspiration, part à la cour avec son nouveau maître, l'archevêque Colémène.

C'est en chemin, après une attaque de soldats rebelles les ayant faits prisonniers, que sa route va croiser celle de l'apprenti-assassin Wilf.

Wilf, gosse des rues orphelin, a eu la chance douteuse d'être choisi comme unique apprenti du terrible maître-assassin Cruel-Voit. Malgré les perpétuelles brimades, violences et insultes de celui-ci, le gamin démontre un talent insoupçonné pour les matières que lui enseigne son maître : les poisons, la dague, l'espionnage et lorsqu'ils sont à leur tour, après une sanglante lutte, faits prisonnier par les mêmes soldats, sbires du duc rebelle Caïus, que les ecclésiastiques, ils vont vite saisir l'occasion de s'enfuir avec eux afin de se forger une place à la cour, où Cruel-Voit a sa prochaine mission à accomplir.

Mais entre-temps, Wilf a fait la connaissance d'autres personnages, dont il n'a pas parlé à son maître : lorsqu'ils combattaient une horde de Grogneurs et étaient prêts de succomber, Wilf a rencontré leur maître, un humain roux qui a curieusement décidé de l'épargner. Ils ont été ensuite secourus par une tribu de Tu-Hadj, ces étranges créatures proches des hommes nobles et mystérieux, qui n'éprouvent généralement que mépris pour les humains mais feront preuve envers Wilf dune incompréhensible révérence. Cruel-Voit, inconscient, ne sait rien de tout ça. Pas plus qu'il ne sait que Wilf a eu une longue conversation avec la diseuse de bonne aventure Djulura, membre du peuple de l'étoile, ces nomades méprisés qui continuent à hanter les plaines du royaume malgré les persécutions.

C'est muni de tous ces secrets, de révélations sur son futur et d'alliés insoupçonnés que Wilf va donc, avec Cruel-Voit, s'intégrer à la suite de Colémène et Lucas et infiltrer la cour impériale, jusqu'à devenir le confident et l'ami du jeune empereur.

Mais l'aventure ne fait que continuer, et Wilf a de nombreux voyages, de nombreuses batailles et de terribles mystères à décrypter avant d'obtenir ne serait-ce qu'un indice sur sa réelle identité, ses pouvoirs et le destin que les dieux et les hommes semblent avoir tracé pour lui.

Un peu de fantasy, beaucoup d'aventures et un zeste de romantisme, un héros sympathique mais avec une bonne part de ténèbres, rien de réellement innovant dans ce premier tome d'une grande saga de fantasy mais rien d'ennuyeux non plus. Cet opus se laisse lire avec plaisir, sans lassitude et on se sent emporter dans ce monde qui mélange les fastes de la Russie impériale et le luxe décadent des sultans

Ecrite par Zaahne, le 30 Juillet 2007 à 17:07 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb