Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La nuit de la louve (La Moïra - Tome 3)

 
  Loevenbruck, Henri
Edition : Bragelonne 2002, 299 pages ISBN : 2-914370-23-7 17
 

Le temps passe. Il ne fait plus aucun doute qu'Aléa est bien le Samildanach, cet être puissant, maîtrisant parfaitement le Saîman, l'énergie magique qu'utilisent les druides. Et de plus en plus d'habitants de Gaelia se retrouvent à marcher derrière sa bannière. Cependant, Aléa ne recherche aucun pouvoir dans ce monde diriger par la soif de pouvoir, la vengeance et la cupidité. Mais c'est par ses mains que les changements vont devoir arriver. Mais le poids est énorme dans les mains d'une jeune femme de tout juste quatorze ans.

Mais les ennemis du changement et d'Aléa ne restent pas inactifs dans leurs terres. En Galatie, déjà la reine après avoir tué son époux le roi, instruits des changements en corrompant certains druides. En Harcourt, fort de leur victoire sur les Thuathanns, les Soldats de la Flamme et leurs généraux voient et en veulent plus pour leur contrée.

Et dans l'ombre, le Porteur de la Flamme des Ténèbres, Maolmordha, attend patiemment l'heure de l'affrontement.

Troisième et dernier volume de la trilogie de La Moïra, La nuit de la louve ne déçoit pas nos attentes. Il est cependant bien loin le temps de l'innocence d'Aléa. Les changements dans l'attitude de la jeune fille sont toujours aussi bien développés. Et ce volume est aussi celui des révélations nombreuses, certaines surprenantes, d'autres moins, mais tout en très bien rendu.

Bref, pas de fausses notes dans cette conclusion. La fin est peut-être un tantinet rapide, mais le plaisir de la lecture est toujours là. Bref, un grand bravo à Henri Loevenbruck pour cette saga.

Ecrite par WongLi, le 29 Juillet 2002 à 18:07 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb