Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La matière des songes (Malhorne Tome 4)

 
  Camut, Jérôme
Edition : Bragelonne 2006, 486 pages ISBN : 978-2-35294-004-3 20
 

C'est une histoire qui dure depuis des dizaines de milliers d'années. Les hommes n'en ont jamais vraiment eu conscience. Du moins, pas sur cette Terre. Mais sur les autres, les six autres, les choses se sont passées différemment. Une seule chose, une seule horrible chose semble leur être commune : sapiens a éradiqué neandertal ou a fait en sorte qu'il ne puisse plus jamais lui nuire. Pas étonnant que Franklin Adamov, celui qui se fait parfois aussi appeler Nemo, ait les boules.

Parce que tout cela a quand même commencé avec lui, une vingtaine d'années auparavant, quand il a découvert Malhorne. Mais les choses sont allées loin. Les choses sont allées vite. Et les choses risquent de prendre des tournants encore plus bizarres dans les prochaines heures. Parce que Gursk le Généralissime a décidé de mettre la pierre finale à son édifice de domination totale en tuant les autres immortels.

La guerre est déclarée et le prix en est la Vie.

Malhorne, c'est la série qui fait du bien par où ça passe. Enfin, du bien
Le récit est agréable, bien écrit, bien construit, avec de vrais personnages profonds et intéressants, de l'action, de la réflexion et aussi une bonne dose de doigt pointé sur la chose la plus ignoble qui soit sur notre planète : l'Homme. Malhorne, c'est certes un très bon roman fantastique, mais c'est aussi une prise de conscience rapide, violente et sans concessions sur les conneries que font les hommes sur la planète. Bon, c'est certain que les choses ne se dérouleront jamais vraiment comme dans le livre, mais il faut quand même se poser de sérieuses questions sur notre avenir, à tous.

En tous cas, je remercie Jérôme Camut pour cette uvre magistrale. Merci encore. Nemo va me manquer, ce con.

Ecrite par WongLi, le 03 Décembre 2006 à 17:12 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb