Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La luxure (Pandora Box - Tome 4)

 
  Alcante & Pignault
Edition : Dupuis, Collection : Empreinte(s) 2005, 46 pages ISBN : 2-8001-3629-4 12,95
 

Le docteur Bridge est en plein tête à tête avec des créatures de rêve lorsqu'on le dérange subitement. Il replonge maussade dans la réalité. Son expérience n'était que purement virtuelle. Il vient d'être embauché (il est psy) pour travailler sur un cas particulier : celui de Erwan Orphay. Ce dernier, sommité dans le domaine des effets spéciaux et de nombreuses fois primés, a, semble-t-il, perdu la raison. Erwan a inventé un procédé qui permet de vivre une aventure virtuelle, mais où tous les sens seront impliqués. Et il comptait la rentabiliser avec le marché le plus porteur qui puisse exister : celui du cyber sexe.

Alors, il s'est mis à chercher un modèle parfait qui pourrait convenir pour sa modélisation. Il a écumé des bars à strip tease sans grand résultat. Et un jour, il a découvert la perle : Shannon

Une nouvelle fois, Alcante prend notre monde et nous en montre un aspect pas forcément très aguicheur pour le rapprocher d'un péché. Je pense que le thème de la luxure était très attendu au tournant. Pour une série comme Pandora Box, assez grand public, il n'aurait pas été possible de faire quelque chose de trop glauque ou de trop sexe. Et trouver le juste milieu, tout en étant quand même intéressant, n'était pas aisé. Alcante s'en en très bien sorti avec un scénario bien ficelé.

Il était aussi important que le dessin soit à la hauteur, ne serait-ce que pour rendre la créature de rêve crédible. Et, sans rentré dans des exagérations habituelles aux mondes du manga ou du comics, Pignault nous offre des créatures agréables, sans devenir vulgaires.

Pandora Box est décidément une grande réussite. Vivement la suite !

Ecrite par WongLi, le 13 Mai 2005 à 08:05 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb