Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

La faim

 
  Hamsun, Knut
Edition : PUF 2000, 200 pages ISBN : 2130468128 9,50
 

La faim... tel est le thème, l'unique ressort de l'action et de l'émotion de ce premier roman que l'écrivain norvégien publia en 1890.
Un journaliste (le héros et narrateur) - free lance pour employé le vocabulaire du XXIème siècle - en panne de travail et surtout d'inspiration déambule dans les rues d'Oslo (à l'époque Christiana) à la recherche d'un toit pour la nuit et de quelque chose à se mettre sous la dent.

Au bord de l'inanition, son feuilleton est accepté par un journal, quelques couronnes pour vivre et surtout manger pendant quelques jours mais très vite ce "magot" disparaît dans la nourriture, une chambre et des dons généreux à des inconnus.

La faim, atroce, le fait délirer. Engourdi par le froid et surexcité la folie et la mort le guette. Il ne peut plus écrire, il perd le sommeil...

Mais à chaque fois qu'il sombre au plus profond de sa misère, il est sauvé in extremis par une femme puis par un patron de journal au grand coeur.
Malgré tout il restera honnête jusqu'au bout et se refusera (par orgueil) à mendier.

Un roman très fort qui nous fait sentir très petit avec nos réfrigérateur et placard pleins à craquer de victuailles en tous genres. Ce récit est très certainement autobiographique car l'auteur a connu une longue période de misère noire lui aussi et pour parler de la Faim (avec un grand F) comme il en parle il faut l'avoir connu. Personne ne peut imaginer ce que le manque de nourriture peut engendrer sans y être passé à un moment ou à un autre. Le désespoir, la nervosité et surtout les délires liés à ce manque ne peuvent être inventé même par un esprit fertile.

Ecrite par Arsenik_, le 29 Juin 2004 à 10:06 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb