Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

La colère (Pandora Box - Tome 7)

 
  Alcante & Damour
Edition : Dupuis, Collection : Empreinte(s) 2006, 52 pages ISBN : 2-8001-3747-9 13
 

Au sein de l'USAMRIID, les approximations et le relâchement ne sont pas autorisés. En effet, c'est dans ce centre de l'armée que le gouvernement essaie de mettre au point l'arme bactériologique parfaite. Qui dit parfaite dit facile à produite, extrêmement dangereuse et contagieuse, mortelle et sans antidote connu. La justification en est simple : travailler à la recherche d'une telle arme fera qu'on sera tout de suite s'en prémunir quand une attaque arrivera. La justification est très limite d'un côté et compréhensible de l'autre.

Pam Gleam est une brillante scientifique qui travaille dans ce centre. Traumatisée par la mort de ses parents dans un accident de voitures alors qu'elle était petite, elle n'en est pas moins une pierre cruciale de cet organisme. Mais sa fragilité ne fait-elle pas d'elle une cible parfaite pour des terroristes qui souhaiteraient s'emparer des virus sur lesquels elle travaille ?

Sur un fond plus que d'actualité, Alcante signe ici le septième tome de cette série gigantesque. On commence à voir ici les différents liens qu'il pourrait y avoir entre les tomes, avec l'utilisation des évènements survenus dans le tome précédent. La peur que suscite une attaque bactériologique de masse permet de justifier la volonté de s'en prémunir, mais cela pose toujours la question des personnes, humaines donc faillibles, qui travaillent dessus.

Encore une fois, le scénario est parfaitement mené, le dessin est à la hauteur et nous préparé pour une apothéose dans le huitième et dernier tome : L'espérance.

Ecrite par WongLi, le 18 Avril 2006 à 13:04 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb