Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

L'origine du monde (Le roi des mouches - Tome 2)

 
  Pirus & Mezzo
Edition : Drugstore 2008, 64 pages ISBN : 978-2-356-26046-8 19
 

Adam et Eve sont à poil dans le jardin d'Eric et lui les regarde depuis son fauteuil à fleurs et sa tête de mouche. Comme il rêve de faire exploser la tête de Francis, l'Adam. Ce connard pense qu'il peut arriver comme ça dans leur vie sans qu'il ait son mot à dire. Mais Eric n'est pas dupe et sait bien que Francis n'est là que pour une seule chose : le fric de sa mère. Aussi, il part, prêt pour une partie de jambes en l'air avec Marie. Mais voilà qu'il est interrompu par un Ringo tout dépenaillé qui leur demande de garder un sac pour lui. Marie, curieuse, l'ouvre et découvre beaucoup de liasses de billets ainsi qu'une quille de bowling. Le fric, on verra plus tard, mais la quille, ça peut servir pour des trucs interdits aux enfants.

Eric, même s'il sort avec Marie, continue de temps en temps à voir Sal. Entre eux deux, ce n'est pas l'entende parfaite en ce moment, mais il leur arrive de se souvenir du temps d'après la mort de Damien quand ils forniquaient dans les vestiaires de la cafétéria où travaillait Sal. Mais Eric a aussi remarqué une autre fille, Karine. Elle semble être avec un vieux, un certain Becker, qui doit jouer au bowling avec Ringo. Le jour où Becker a une attaque dans la piscine, Eric plonge tout de suite pour le sauver. Mais cela ne change pas le comportement de Karine, qui l'évite toujours.

Et si elle évite le roi des mouches, tant pis, Francis s'en prendra une et perdra un il.

Le premier tome de Le roi des mouches avait fait l'effet d'un raz de marée dans mes lectures. Il était paru chez Albin Michel à l'époque et je m'étais pris une claque monumentale. Même si cette bande dessinée de genre ne pouvait être lue par tout le monde, j'en avais quand même beaucoup parlé autour de moi à ceux que je savais intéresser avec une telle histoire. Et toutes ces personnes ont été interloquées par ce monde inventé par Pirus et Mezzo. De toutes manières, cette série ne peut laisser indifférent. On peut la détester comme l'adorer, mais il ne peut y avoir de demi-mesure. Il n'y en a aucune pour les personnages, et c'est pareil pour nous ; on adhère totalement ou se barre en courant.

Avec L'origine du monde, Mezzo et Pirus frappe une nouvelle fois très fort. Eric, Sal, Damien, Karine, Marie, Ringo et j'en passe vivent toujours dans un monde glauque et malsain qu'on a du mal à penser comme le notre. Pourtant, à bien y réfléchir, je suis presque persuadé que ce monde est beaucoup plus proche de nous que nous le pensons. Les gens sont souvent bizarres. Nous-mêmes ne sommes nous pas bizarres pour nos voisins, nos proches ou les gens que l'on croise dans la rue ? Cela peut être pour un rien ou une manière de vivre différente. Ici, les héros sont tous au bord de la rupture, voire en train de la consommer. Et on se perd de manière malsaine avec eux, nous laissant guider peu à peu vers ce fond qu'on devine mais qu'on ne voit jamais arriver, histoire de faire durer l'attente.

Il est vraiment difficile de décrire l'expérience Le roi des mouches. Parce que c'est bien d'une expérience dont on parle ici, pas d'une simple lecture. On ne ressort pas de cette histoire aussi facilement. Elle se colle à nous et nous pompe comme une sangsue. Mais, masochiste que nous sommes, on est prêt à en redemander. Et si le troisième tome s'offrait à nous maintenant, on s'en délecterait.

Petite note de fin : il est vivement recommandé, voire indispensable, de relire le premier tome, Hallorave, avant d'attaquer L'origine du monde.

Ecrite par WongLi, le 28 Octobre 2008 à 19:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb