Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

L'oeil était dans la tombe

 
  De Metter
Edition : Casterman 2008, 72 pages ISBN : 978-2-203-00440-5 14,95
 

Patrick est un jeune chef d'entreprise brillant. Comme c'est le chef, il a des petites libertés avec les horaires, et tout a l'air de rouler dans sa vie : sa femme est enceinte, le jeune homme a des amis, de l'argent... Jusqu'à ce qu'un jour, une blague qu'il veut faire à sa femme tourne au vinaigre. La jeune femme est sous le coup d'un chantage. On veut publier des photos du défunt père de Patrick en compagnie de petits garçons. Le passé glauque de Patrick refait surface, et il n'y a qu'une seule solution pour faire taire le chanteur : le tuer, froidement. Il sagit d'un vieillard vivant en banlieue, si l'on en croit l'affichage du numéro de téléphone dans les appels reçus...

Le père de Patrick était un as du pilotage. Le seul circuit qu'il n'a pas pu remporter est celui mythique des 24 heures du Mans. Patrick a à son tour la fibre du pilotage, et il aimerait emporter ce circuit. Mais voilà, le meurtre sordide commis par Patrick lui fait ressortir tous ses démons. Le jeune homme semble vite prendre goût à la violence : il ne supporte pas le regard d'autrui, et l'horreur va peu à peu prendre le dessus...

Amateurs de thrillers et de sensations fortes, ne cherchez plus LA BD qu'il vous faut ! Tous les ingrédients sont réunis ici pour vous faire frissonner ! La psychologie des personnages est travaillée à fond, celle de ce Patrick notamment. Cela fait froid dans le dos de voir cet homme bien sous tous rapports devenir un vrai monstre identique à ceux que l'on croise dans Seven ou dans Le silence des agneaux.

Les dessins sont fort expressifs, et certains décors parisiens sont agréables et bien travaillés. Nul doute que le travail de colorisation n'est pas étranger à l'atmosphère si particulière qui se dégage de cette BD. Les éditions Casterman ont une nouvelle fois eu le nez fin, en dénichant cet auteur qui signe une BD fort intelligente, et dont on ne décroche pas avant la dernière planche, et pas indemne évidemment...

Ecrite par Clark, le 04 Février 2008 à 10:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb