Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières (solidaires08)
EHPAD : À quand des mesures concrètes ? (solidaires08)
Solidarité avec Geneviève Legay et l’association ATTAC pour la liberté de manifester (solidaires08)
Retraite, on nous prend pour des ânes (solidaires08)
Plus de 10 milliards d’euros d’aides sociales non attribuées en 2018 ! Vous avez dit « Pognon de dingues » ? (solidaires08)



 

L'heure la plus sombre... vient toujours avant l'aube.

 
  Moynot, Emmanuel
Edition : Futuropolis 2008, 76 pages ISBN : 978-2754801423 16
 

Nouria n'a jamais eu de bol dans sa vie. Larguée par son mec à seize ans lorsqu'il a appris qu'elle était enceinte... travaillant de l'aube au crépuscule pour assurer la subsistance de son gamin... devant visiter celui-ci en prison parce qu'il a mal tourné... forcée à voler par les potes de son voyou de fils dans l'usine où elle travaille... harcelée par son supérieur pour éviter qu'il ne la dénonce... battue...

Le seul rayon de soleil de Nouria surgit lorsque, sous les traits de Jean-Claude alias J.-C. - le camionneur, quelqu'un s'interpose enfin entre la série de malheur et elle.
J.-C. Est différent de tous ceux qu'elle a connus : il ne lui demande rien, l'enlève à son usine, lui trouve un appartement dans lequel elle peut enfin se reposer, ne lui impose ni sa présence ni de coucher avec lui, obtient le dernier salaire auquel elle avait droit.

Au fil du temps, une étrange relation s'installe entre eux. Nouria ne sait pas quel avenir se dessine à elle ni comment prendre sa vie en main. J.-C. Ne sait pas d'où est née cette attirance qu'il ressent pour cette inconnue, pour laquelle, progressivement, il va tout perdre : sa femme, ses enfants, son emploi, son camion, jusqu'à son identité.

Mais Nouria, qui a toujours survécu seule et malgré le malheur, n'aime ni la solitude, ni la dépendance et elle va chercher à reconstruire sa vie, envers et contre tout.

Ce très bel album aux couleurs ocre et noir est très intimiste, très sombre, sans pour autant tourner dans le pathos outrancier. Le dessin et très expressif, les dialogues vivants, réduits au minimum, faisant alterner la narration de Nouria à J.-C., montrant comment leurs deux visions se supersposent et divergent.

Cette tranche de vie est poignante, criante de vérité et de tristesse, mais empreinte d'espoir, comme le titre le laisse entendre, et finalement bouleversante.

Un excellent livre d'auteur à ne pas manquer.

Ecrite par Zaahne, le 18 Novembre 2008 à 10:11 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb