Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

L'enfer, le silence (Blacksad - Tome 4)

 
  Canales & Guarnido
Edition : Dargaud 2010, 54 pages ISBN : 978-2-205-06313-4 13,50
 

Weekly et John Blacksad sont à la Nouvelle-Orléans, un endroit qui fleure bon le jazz et le blues… Justement, l’enquête qui les anime est pour le compte d’un gros producteur de blues, un certain Faust Lachapelle. Faust a été lui-même un médiocre musicien, mais il n’a pas eu son pareil pour dégotter des perles rares, comme le célèbre pianiste Sebastian Fletcher et ses amis de l’époque, Big Bill Lenoir, Joachim et Junior Harper. Mais sebastian est introuvable et surtout héroïnomane. Faust Lachapelle a donc fait appel à Blacksad pour le retrouver, avant qu’il ne fasse une bêtise, d’autant que sa copine est sur le point d’accoucher…

Alors, John et Week enquêtent. Et ils se rendent vite compte que cette enquête dérange… Notamment, un autre détective alcoolique et éconduit par Faust vient les mettre en garde, et Arthur, le fils même de Faust Lachapelle, aimerait que Blacksad stoppe son enquête. Curieux, non ? D’autant que les premières investigations tendent à montrer que de la drogue frelatée doit être fournie à l’introuvable pianiste. On tente de faire mourir Sebastian Fletcher, en lui refilant de la daube…

Alors Blacksad veut continuer les recherches, d’autant qu’il est lui-même un fan de la musique de Fletcher. Il va falloir creuser plus profondément pour faire tomber les différents masques que portent les protagonistes de cette ville, en commençant par fouiller dans les relations des Lachapelle père et fils. Sebastian, de son côté, est bien allé voir sa copine, en lui montrant les paroles de sa dernière chanson. Une chanson qui devrait surprendre beaucoup de monde. Une chanson qui ne devrait jamais être entendue par quiconque, pour certaines personnes de l’ombre.

Le moins que l’on puisse dire est qu’il était attendu, ce quatrième tome de Blacksad. Après Arctic-Nation et Âme rouge, c’est à la Nouvelle Orléans que nous emmènent Canales et Guarnido, pour un nouveau polar qu’il conviendra de lire avec quelques notes bleues. L’invitation au voyage est une nouvelle fois bien agréable à prendre, en commençant par les planches de Guarnido. Une nouvelle fois, l’espagnol nous gratifie de ses angles de vue irréprochables, ainsi que d’une véritable explosion de couleurs et de détails. Certaines planches sont ainsi absolument magnifiques, je pense notamment aux scènes se déroulant en plein carnaval… Pour autant, chaque case est soignée à l'extrême, et a forcément fait l'objet de la plus grande minutie.

Côté scénario, nous ne sommes pas en reste non plus, avec des relations extrêmement fouillées et subtiles entre les personnages. Les dialogues sont une nouvelle fois incisifs, et font mouche à chaque fois. Pas une seule fausse note avec ce nouveau tome donc, qui tient toutes ses promesses.

Même si Arctic-Nation garde ma préférence (et ce n’est là qu’une question de goût), ce quatrième tome est un digne successeur d’une très grande série.

Ecrite par Clark, le 27 Septembre 2010 à 14:09 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb