Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

L'encre du passé

 
  Maël & Bauza
Edition : Dupuis, Collection : Aire Libre 2009, 80 pages ISBN : 978-2-8001-4380-4 15,50
 

Un voyageur solitaire, à pieds, arrive dans un petit village du Japon. L'homme est un maître calligraphe, et il échange ses calligraphies contre de menus services dont il a besoin. Notamment, il entre dans une teinturerie afin d'y faire reteindre son vêtement. Cest ainsi que Môhitsu, tel est son nom, rencontre une petite fille teinturière nommée Atsuko. Cette dernière s'occupe de toutes les affaires de la teinturerie, et elle peint, des superbes animaux le plus souvent, lorsquelle a un peu de temps libre. Ebahi devant la dextérité et le talent de la jeune fille, Môhitsu lui propose d'aller développer son art auprès d'un maître peintre, Nishimura. Ce dernier habite à trois jours de marche, dans une ville en plein essor du nom d'Edo.

Les tutrices d'Atsuko finissent par accepter l'offre, et c'est ainsi qu'un destin s'écrit. Il n'est pas difficile pour Môhitsu de convaincre son vieil ami de prendre Atsuko sous son aile et de lui faire démarrer l'apprentissage, d'autant qu'Atsuko montre plein d'entrain à cette idée. Alors les leçons commencent, naturellement, d'autant qu'Edo est en plein essor, et que de plus en plus de notables font des commandes chez le peintre réputé. Un jour, Nishimura juge son élève prête : c'est elle qui honorera la prochaine commande d'un homme important...

Les années passant, il y a bien longtemps que Môhitsu s'est retiré d'Edo. Son art de la calligraphie s'estompe au fur et à mesure qu'il vieillit, solitaire, et que les nouvelles d'Atsuko se raréfient. Et sil avait décidé de rester avec cette dame, à l'époque où il a connu Atsuko, que se serait-il passé ?

Voilà une histoire pleine d'humanité que nous livre Antoine Bauza. Cest ainsi tout naturellement que ce one-shot a atterri dans la collection Aire Libre de chez Dupuis. On y trouve de somptueux décors japonais : Maël nous enchante avec la couleur directe, et ce aussi bien au niveau des somptueux paysages japonais que des expressions des différents protagonistes de cette histoire.

Il est à noter que l'histoire s'articule autour de deux arts que sont la peinture et la calligraphie. Il est donc tout naturel que les auteurs aient fait appel à Pascal Krieger, maître calligraphe de son état. Les rendus s'en ressentent parfaitement, avec des calligraphies absolument somptueuses. A noter que la poésie est un troisième art qui n'est jamais très éloigné dans ce livre. La force des mots se mêle ainsi à une histoire magnifique, soulignée par un graphisme extraordinaire.

En bref, un nouveau livre de la collection Aire Libre que tout un chacun se doit de posséder absolument dans sa bibliothèque.

Ecrite par Clark, le 16 Juillet 2009 à 15:07 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb