Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

L'empire invisible

 
  Noirez, Jérôme
Edition : J'ai Lu 2010, 220 pages ISBN : 978-290-01636-7 5,60
 

A quatorze ans, Clara ne connaît du monde que les champs de coton du domaine des Wingard. Née au coeur de ce domaine de Caroline-du-Sud, elle est la propriété du maître des lieux, une esclave.

Tous les jours, les pieds nus, le dos courbé et la nuque brûlée par le soleil, Clara cueille les capsules de coton. Elle n’a que son père, Nat Walker, pour la soutenir et lui apprendre à accepter son sort. Il est respecté pour tous les esclaves de la plantation. Chaque semaine, il offre à ses semblables du réconfort en disant la messe. Mais, une nuit, la patrouille du maître Wingard trouve l'emplacement de leur réunion et les hommes blancs battent Nat jusqu’à son dernier souffle.

Dans les veines de Clara ne coule plus que la haine. Elle veut venger son père grâce à l’aide d’un certain Aaron, le sacrificateur. Certains le traitent de fou, d’autres disent qu’il est l’incarnation du Diable, mais Clara n’a plus peur. L’intendant, ses deux assistants ainsi que l’aîné de la famille Wingard vont payer pour ce crime.

Inspiré de faits et de personnages réels, Jérôme Noirez nous livre un volet peu glorieux de l’histoire américaine. A l’aune de sa sensibilité et son savoir, on découvre avec émotion la condition humaine des esclaves du XIXème siècle alors que l’opposition entre les états esclavagistes et libres ne cesse de croître. A cette époque, près de quatre millions d’esclaves, soit 57% de la population de Caroline du Sud, survivent sous les coups de fouet et les privations, juste parce que la couleur de leur peau conditionne leur vie. En ce temps-là, l’homme blanc, profondément chrétien, voyait dans le "nègre" un sauvage, une simple bête de somme.

Même si les lois ségrégationnistes ont aboli l’esclavage, le racisme n’a pas disparu pour autant. Pour cette raison, L’Empire Invisible nous émeut et permet de ne pas oublier la cruauté humaine. Emotion et empathie se mélangent à la lecture de ce récit.

Ecrite par Hanako, le 26 Mars 2010 à 09:03 dans la rubrique Roman Documents .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb