Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

L'avarice (Pandora Box - Tome 5)

 
  Alcante & Juszezak
Edition : Dupuis, Collection : Empreinte(s) 2005, 48 pages ISBN : 2-8001-3745-2 12,95
 

John Midas a monté un empire financier colossal. Son flair pour les coups en bourse est devenu légendaire. Personne ne sait d'où lui provient cette intuition quasi inhumaine, mais tout le monde aimerait bien avoir le même. Ces concurrents en sont même rendus à faire engager des employés dans les bureaux de Midas pour l'espionner, pensant que celui-ci ne se rendra compte de rien.

Mais, justement, Midas a mis au point un nouveau coup qui va exploiter cette envie des autres de connaître ses secrets. Son nouveau terrain de jeu n'est autre que le marché de change brésilien. Il va plonger le pays dans une crise brève mais terrible. Seulement, certains évènements extérieurs vont se produire et lui donner quelques sueurs froides.

Avec une histoire toujours aussi profondément ancrée dans le réel et déocumentée, Alcante poursuit sa déclinaison des péchés capitaux. Cette avarice est illustrée par un homme obnubilé par l'argent mais qui, tout de même, n'est pas dénué de sentiments humains. C'est peut-être le côté affectif qui le lie à sa fille qui empêche cet homme d'être totalement à fond dans son rôle d'avare. Il n'en reste pas moins un spéculateur qui n'hésite pas à plonger tout un pays dans la peur pour faire des bénéfices. Sa moralité est donc bien limite. Mais, sa relation avec sa fille apporte l'humanité qui fait qu'il n'est pas à 100% dans le rôle qu'on lui aurait vu.

J'avoue que j'ai un peu décroché dans ma lecture lorsque cela parlait de bourse. Ce n'est pas mon domaine, mais cela ajoute à la crédibilité de la BD.
Bref, peut-être le tome qui m'a le moins passionné, mais qui s'inscrit quand même parfaitement dans la série. Vivement le dénouement !

Ecrite par WongLi, le 17 Octobre 2005 à 15:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb