Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Camping du Mont-Olympe, désorganisation et gaspillages : une volonté délibérée ? (solidaires08)
Accord à l’Unedic – une fois de plus - sur le dos des chômeurs et chômeuses (solidaires08)
Mesure de la représentativité : Solidaires consolide sa construction ! (solidaires08)
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)



 

L'art du baiser - Les plus beaux baisers de la littérature

 
  Collectif
Edition : Folio 2010, 79 pages ISBN : 978-2-07-044087-0 2
 

D'Ovide à Shakespeare, en passant par Balzac, Sollers et Queneau, une large amplitude de siècles est explorée pour nous proposer des extraits de poèmes, pièces de théâtre ou romans traitant du baiser. La sélection est suffisamment éclectique en matière de genres et d'époques pour ne pas rendre ce recueil ennuyeux. Bien au contraire ! C'est même beaucoup trop court ! Ce recueil se lit en à peine 30 minutes...
Différents styles d'écriture sont également représentés : lyrique, contemporain, classique, langage fleuri, langage cru...Tous les goûts sont représentés.

On ne peut bien sûr pas s'empêcher de faire l'analogie avec la magnifique scène de Cinéma Paradiso quand l'enfant, devenu adulte, visionne tous les extraits de films représentant de magnifiques et célèbres scènes de baisers. A la lecture de ce petit recueil, l'émotion n'est pas aussi forte, mais chacun, selon ses goûts et ses affinités, trouvera un extrait qui lui plaira et l'émouvra.
J'ai particulièrement aimé l'extrait de Maupassant, qui fait une surprenante (et jubilatoire !) analogie entre le baiser et la lecture :

Le baiser n'est qu'une préface, pourtant. Mais une préface charmante, plus délicieusse que l'oeuvre elle-même ; une préface qu'on relit sans cesse, tandis qu'on ne peut pas toujours... relire le livre.

Magnifique, non ?

Pablo Neruda, quant à lui, termine son poème d'amour par un mystérieux "Je veux faire avec toi / ce que le printemps fait avec les cerisiers" qui interpelle !

Une lecture très agréable en somme, mais beaucoup, beaucoup trop courte.


Ecrite par Marquise, le 27 Janvier 2011 à 14:01 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb