Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

J'ai tué Adolf Hitler

 
  Jason & Hubert
Edition : Carabas 2006, 48 pages ISBN : 2-35100-178-8 12,90
 

Cette bande dessinée possède quelques caractéristiques plutôt atypiques au premier abord. Déjà, l'utilisation d'un graphisme très simplifié dans les décors mais surtout dans les personnages stylisés à l'extrême et virant au rigide. Ensuite, une mise en page en moule à gaufre et un refus des plans ou points de vue variés. Cela ne joue pas en la faveur du volume sur le plan graphique et pourtant le lecteur est séduit d'emblée par certains choix dans les représentations qui forment un style en soi, reconnaissable et original.

Sur le plan de la narration, de la même manière, Jason cultive sa différence avec dans un premier temps un refus de nommer les personnages dans ce volume. Par ailleurs le soin apporté aux dialogues et la gestion des silences durant tout le volume confère une ambiance particulière, une impression de recul intéressante, conforme à l'état desprit du héros.

Pour ce qui est de l'histoire, le monde est peuplé de tueurs que chacun va solliciter librement dans un système où le meurtre n'est plus interdit. Le personnage principal a fait de la profession d'assassin son moyen de revenu et il voit défiler les commanditaires prêts à faire dessouder qui son voisin qui fait trop de bruit, qui sa petite amie qui le quitte, qui son patron qui a refusé une augmentation Sa petite amie trouve son choix de carrière d'une moralité douteuse tout de même et son sang-froid et détachement difficilement acceptable.

Un peu blasé et désabusé quant à la nature humaine, il va finir par voir arriver un savant qui lui propose rien moins que d'aller tuer Adolf Hitler grâce à une machine à remonter le temps. La manipulation n'est pas sans danger, puisque cette invention ne fonctionne qu'au rythme d'un aller-retour tous les cinquante ans : il ne s'agit pas de se louper !

Cela nous donne une bonne bande dessinée, aboutie, possédant un ton personnel.

Ecrite par Michel Islor, le 06 Février 2007 à 08:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb