Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Home Sweet Home (Jazz Maynard - Tome 1)

 
  Raule & Roger
Edition : Dargaud 2007, 48 pages ISBN : 978-2-8712-9959-2 13
 

Teo et Jazz sont bien mal en point, ligotés dos-à-dos sur leurs chaises, et maltraités par une bande de voyous encostardés... Comment en est-on arrivés là ? C'est bien là l'objet de toute cette histoire... Cela se déroule à Barcelone, dans un quartier mal famé nommé El Raval. Jazz y est né et y a grandi, avant de partir faire fortune avec une trompette du côté de New-York... Son retour ici est l'occasion pour lui de voir que les choses ont bien changé...

Flashback à New-York ! Jazz est sur scène, mais il doit s'éclipser pour retrouver sa soeur... Car ce grand gars dégingandé qui joue divinement bien la musique dont il porte le prénom est également une sacrée machine de combat ! Le voilà parti dans une maison close de New-York, afin d'y retrouver sa soeur, forcée à se prostituer.

En voyant le résultat, c'est à la manière forte que Jazz délivre sa soeur, et qui dit manière forte dit de nombreux morts... Ce qui ne restera pas impuni, bien évidemment...

Attention, chef d'oeuvre espagnol ! Cette série comportera trois tomes, et cela part sur les chapeaux de roue... Il ne se passe pas une page sans qu'il ne se passe quelque chose : les dialogues incisifs y sont d'ailleurs pour beaucoup.

Le système de narration adopté, tout en retours vers le passé, tombe vraiment très juste : on se croirait presque devant un film comme le Pulp Fiction de Quentin Tarentino sorti en 94... Souvenirs, souvenirs...

Les dessins sont épurés : inutile ici de s'encombrer de fioritures ! Les couleurs tout en sépia choisies ici font merveilleusement ressortir ces chaleureuses ambiances barcelonaises. Une BD hyper intelligente, dont on se souviendra, et qui est à montrer dans toutes les bonnes écoles de BDs !

Ecrite par Clark, le 27 Juillet 2007 à 11:07 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb