Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Histoire d'Elias Cohen (Quintett - Tome 3)

 
  Giroud et Cuzor
Edition : Dupuis, Collection : Empreinte(s) 2006, 62 pages ISBN : 2-8001-3755-X 13,50
 

Sur la base de Pavlos, Elias est le mécano. Et pas n'importe lequel puisque c'est lui qui s'occupe personnellement de l'avion d'Armel Flamant. Et il a une autre passion : la musique. Il est amoureux du jazz et de sa langueur sensuelle. Il fait donc naturellement partie de ce petit orchestre surnommé Quintett et qui égaye la vie de la communauté. Seulement, au cours d'une de ses visites au marché, il va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie.

Aleka est une jeune femme grecque qui vend ses productions sur le marché. Elle est belle comme l'innocence et Elias en tombe tout de suite amoureux. Néanmoins, il sait qu'elle vit chez un homme mauvais, son oncle, qui la bat et la vend au plus offrant. C'est une chose qu'il ne peut supporter et décide d'y mettre un terme. Toutefois, quel est le poids d'un mécanicien de l'armée sur la vie d'une jeune femme étrangère dans un pays étranger ?

Il n'y a pas à dire, cette série est étonnante. Utilisant des ficelles connues, celles d'une histoire d'amour pas forcément possible, Giroud arrive quand même à nous étonner. On suit avec plaisir les aventures d'Elias, même si l'histoire d'Aleka nous prend aux tripes et nous donne aussi envie d'aller régler ses comptes à cet oncle abusif. Mais plus que tout, on s'attache à essayer de trouver les liens entre les différentes histoires. Parce qu'il ne faut pas oublier la toile de fond générale qui se trouve en arrière plan. Cette toile de fond dont on ne connaît pas encore les tenants et les aboutissants, mais qui nous donne envie d'en savoir plus.

Côté dessin, le style de Cuzor est impeccable pour cette histoire. Un trait réaliste et détaillé, tout en finesse. On entre sans aucun problème dans la vie de cet homme qui écrit toujours des lettres à sa mère pour lui raconter sa vie loin d'elle.

Une série dont la fin nous fait saliver d'avance.

Ecrite par WongLi, le 08 Février 2006 à 09:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb