Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Guerre et fées (Sardequins - Tome 2)

 
  Monot, Philippe
Edition : Nestiveqnen 2004, 464 pages ISBN : 2-910899-94-2 23,30
 

Après les déboires vécus par Ruth Olvérius et l'ami de son père, le comte Nestor, lors du premier épisode de la saga des Sardequins, intéressons-nous d'un peu plus prêt aux évènement ayant touchés Léandre pendant ce temps, et à ce qui se trame dans les institutions religieuses de l'Adjita.

Léandre, tout comme sa fille, fut surprit par les hordes démoniaques qui envahirent promptement certains lieux de Lup, et dû fuir la ville... mais peut-être pas de la manière dont il l'aurait souhaité. Ce sont en effet des hommes de la Sainte Derque qui le sauvèrent et l'emmenèrent de force avec eux. Ceci eu tout de même comme conséquence de lui faire rencontrer une personne qu'il n'avait pas revu depuis des décennies : Libethann, la meilleure amie d'enfance de son épouse défunte, Liah Dana. Seulement, elle ne se trouve pas en meilleure posture que lui, elle-même séquestrée dans les murs de l'Abbaye Noire.

Seulement, il est bien évident qu'ils ne vont pas rester longtemps captifs, mais pour se retrouver embarqués dans une histoire qui vont les faire rencontrer des êtres de légende : le peuple de Féérie.

Et pendant ce temps, les Sardequins pompaient...

Après un début qui nous fait nous demander si on lit bien la suite du fabuleux premier tome de Sardequins, on en arrive quand même à la conclusion que c'est bien de la même histoire qu'il sagit. Et c'est tant mieux, parce qu'on replonge avec un immense plaisir dans l'imagination de Philippe Monot. Il est vrai que de ne pas retrouver l'histoire telle qu'on l'a laissé, et de ne pas rencontrer du tout Ruth ou le comte Nestor pendant toute la durée du roman, est un peu perturbant. Mais finalement, on vit une histoire tellement prenante qu'on l'oublie bien vite.

L'humour de l'auteur est toujours autant présent et mène parfois à de franches rigolades solitaires qu'on aimerait bien faire partager à son entourage tellement les bons mots sont excellents.

Bref, si vous avez aimez le premier, nul doute que ce deuxième tome vous plaira, avec quand même le regret de devoir attendre, combien de temps ?, avant de pouvoir lire la suite. Si vous ne connaissez pas encore cette série, quattendez-vous alors pour vous diriger de ce pas chez votre libraire (et le fait quaujourd'hui c'est dimanche n'est pas une excuse valable !) ?

Ecrite par WongLi, le 23 Mai 2004 à 16:05 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb