Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Genshiken, Club d'étude de la culture visuelle moderne (Tome 4)

 
  Shimoku, Kio
Edition : Kurokawa 2007, 192 pages ISBN : 978-2-351-42138-3 6,90
 

Le local à poubelles de l'université a brûlé par la faute du Genshiken, enfin surtout de celle de Kasukabe Saki. Du coup celle-ci se sent horriblement coupable, et ce ne sont pas les autres membres qui vont la contredire à ce sujet. Du coup, le Genshiken va perdre son local pendant un mois, les membres devront faire des heures de travaux d'intérêt général pour rembourser leur dette, et ne pourront pas participer au journées portes ouvertes des associations. En plus de cela, Onho ayant reçu un seau d'eau est enrhumée et ne pourra donc pas participer au concours de Cosplay organisé pour l'occasion. Tous les regards sont à présent portés sur Kasukabe...

Encore une fois, c'est du lourd, du très lourd ! Profitant de la méconnaissance de Kasukabe Saki, l'auteur nous entraîne dans la description du quotidien des Otaku, dans la préparation du cosplay bien sûr, mais aussi dans l'intimité de chaque membre, le club devant aller chez les membres puisque le local leur est fermé. Autre événement, le changement de président et le projet qui en découle... un vrai fanzine et une participation qui semble surréaliste. N'oublions pas les nouveaux membres potentiels, les ennuis qui en découlent, les vérités sur les filles Otaku et comment se comportent deux amoureux japonais.

En bonus dans le désormais célèbre (bon là je m'avance) Ota'Club, une interview du président du club manga de l'université de Chuo Daigaku, Yuichi Yano, qui explique le quotidien de son club, en le comparant à celui de la série Genshiken. Et comme nous parlons d'Otaku, il est normal aussi de parler de l'historique des jeux érotiques japonais, n'est-ce-pas ?

"Quand j'ai lu Genshiken, par moment, j'avais l'impression que l'auteur lisait dans mes pensées". Je vous laisse sur cette phrase de Yuichi Yano qui à mon sens résume tout le travail de Kio Shimoku.

Ecrite par Garion, le 11 Janvier 2008 à 14:01 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb