Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières (solidaires08)
EHPAD : À quand des mesures concrètes ? (solidaires08)
Solidarité avec Geneviève Legay et l’association ATTAC pour la liberté de manifester (solidaires08)
Retraite, on nous prend pour des ânes (solidaires08)
Plus de 10 milliards d’euros d’aides sociales non attribuées en 2018 ! Vous avez dit « Pognon de dingues » ? (solidaires08)



 

Genshiken, Club d'étude de la culture visuelle moderne (Tome 3)

 
  Shimoku, Kio
Edition : Kurokawa 2007, 192 pages ISBN : 978-2-351-42137-6 6,90
 

Vive le printemps ! Les filles sont belles, se sentent bien, se maquillent... d'ailleurs Kasukabe sent l'odeur de vernis à ongle alors qu'elle arrive dans le local du Genshiken. Hélas... il ne s'agissait évidemment que de colle à maquette ! Et en ce qui concerne les maquettes, c'est Tanaka le spécialiste. Il a donc décidé de donner un cours à ses camarades Ohno et Sasahara, polycopiés à l'appui. Mais voilà, Kasukabe, elle, n'y comprend rien, trouve ça trop fragile, accumule gaffe sur gaffe et pense que les Plasmos sont mieux réussis. Suit alors un débat houleux sur l'âme des maquettes... Une scène de vie très ordinaire dans le club le plus Otaku de la ville !

À part ça, la vie suit son cours. Entre les jeux vidéos à la mode (Kuijibi Unbalance Fighter est à la mode d'ailleurs dans ce tome - d'ailleurs pour l'achat de ce volume, Kurokawa vous offre un épisode en anime histoire de mieux apprécier encore le contenu du manga) et les conventions... voire même bien étrangement la sortie à la mer sans bronzer ! La petite soeur de Sasahara refait aussi son apparition, avec une chasse au Makoto, bien que Saki Kasukabe ne veuille pas lui laisser la place...

N'oublions pas non plus les pages bonus, le Ota'Club, avec cette fois-ci un reportage spécial sur l'université de Chua Daigaku, lieu d'où sont tirés les plans de l'action où se déroule Genshiken, justement. C'est là que l'on voit la justesse du travail de Kio Shimoku non seulement dans le contenu, mais aussi sur tous les détails de la vie réelle. De quoi prouvez, s'il en était encore besoin, de l'intérêt sociologique d'une série comme Genshiken. A dévorer par tous les fans du Japon moderne.

Ecrite par Garion, le 24 Décembre 2007 à 16:12 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb