Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Fleurs de dragon

 
  Noirez, Jérôme
Edition : J'ai Lu, Collection : Fantasy 2009, 254 pages ISBN : 978-2-290-01637-4 6,70
 

1489. Kyôto, capitale du Japon médiéval, n'est plus qu'un champ de ruines qui peine à se relever depuis la fin de la guerre d'Ōnin. Les temps sont troublés, préfigurant un siècle de violence et de conflits encore à venir. C'est dans ce contexte que le shôgun Yoshimasa confie au fidèle Kawabe Ryôsaku la tâche de retrouver des meurtriers qui sévissent depuis quelques mois : une dizaine de samouraïs, pourtant redoutables guerriers, ont déjà été retrouvés morts, des extraits du Sûtra du Lotus dans leur bouche.

Ayant abandonné la voie du sabre pour celle de la sagesse, l'officier de police sera assisté dans sa mission par trois jeunes samouraïs turbulents. Ils ont mérité la prison, mais pour éviter un tel déshonneur à leurs nobles familles, un arrangement a été conclu : Ils serviront Ryôsaku pendant un an. Les trois jeunes gens ont des caractères antagonistes : Kaoru est un fanfaron impétueux, surtout intéressé par les plaisirs de la chair et ceux de la bonne chère ; Keiji, androgyne solitaire et tourmenté, expert dans le maniement des deux sabres, est entièrement habité par la soif de vengeance ; Sôzô enfin, le plus intelligent, est un artiste qui préfère la musique de son luth au fracas des armes. Tous cependant ont le cur pur. Cela sera-t-il suffisant pour que justice soit faite ?

Ce roman, précédemment publié dans une collection jeunesse, bénéficie ici d'une réédition "tous publics". Si certains risquent de le trouver un peu léger (d'autant que ce n'est pas très long), je pense que la plupart des lecteurs n'y trouveront rien à redire. Tous les éléments s'y trouvent réunis pour combler le public : une bonne intrigue policière, un contexte historique très bien rendu, des personnages classiques mais travaillés et attachants, un rythme enlevé.

Entre les bouffonneries de Kaoru et les fréquents coups de maillet par lesquels Ryôsaku cherche à faire entrer un peu de sagesse dans la tête de ses assistants (et dans la sienne propre à l'occasion), le tout ne manque pas d'humour. On y trouvera également du suspense, de l'action (avec quelques belles scènes de combats) et des rebondissements, mais aussi de la poésie et des émotions profondes.

L'écriture est très belle et très visuelle, exprimant à merveille l'exotisme du Japon du Moyen-Âge, terre de violence et de mysticisme shintoïste. On sent bien que Jérôme Noirez est bien documenté sur cette période. D'ailleurs, un bref dossier pédagogique en fin d'ouvrage permettra au lecteur curieux de mieux comprendre le contexte historique et la culture japonaise.

Une lecture fort agréable ainsi que des éléments de l'enquête non entièrement élucidés à la fin du roman ne peuvent donc qu'inviter le lecteur à se précipiter sur la suite des aventures de Ryôsaku et de ses acolytes dans le Shôgun de l'Ombre.

Ecrite par Soleil-, le 09 Novembre 2009 à 15:11 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb